Actualité théâtrale

à la MC 93 de Bobigny, jusqu’au 7 avril 2012

"Clio" de Charles Péguy, mise en scène Valérie Aubert et Samir Siad

Le "Théâtre en Partance", la compagnie que dirigent Valérie Aubert et Samir Siad est implantée en Basse-Normandie, dans le département de la Manche.
Les textes qu’ils choisissent de mettre en scène sont souvent très exigeants. Leur préférence va vers des auteurs comme Paul Valéry, Yannis Ritsos, Fernando Pessoa, Antonio lobo Antunes ou Bernanos qui avait été le matériau de leur avant-dernière création, la saison dernière à la MC 93, "Compagnons inconnus".
Charles Péguy n’a pas écrit "Clio" pour le théâtre mais, pour Samir Siad et Valérie Aubert, cet auteur est doté de l’art de donner une forme théâtrale à sa pensée.
L’adaptation qu’ils en ont faite est un monologue. Le personnage qui s’en empare est à la fois réaliste, celui d’une vieille femme qui pourrait être la gardienne de la barrière qui fait la séparation entre les royaumes des morts et des vivants et celui, mystique, de Clio la muse de l’histoire.
Le personnage vêtu d’une longue cape noire à l’imposante tignasse grise, voûté par l’âge, appartient à la fois au monde des hommes et à celui des dieux.
La barrière qui est l’élément central du décor, si elle représente le passage à la mort, figure également la frontière entre les œuvres et le public.
Il est beaucoup question de l’accès de l’œuvre au public dans le texte, du rapport de l’auteur au spectateur.
Les œuvres sont livrées vivantes au lecteur, au spectateur, au visiteur d’une exposition et notre désintérêt, notre indifférence, notre légèreté à leur égard peut déboucher sur l’oubli et la mort, dit en substance Charles Péguy qui parle d’aventure effroyable et d’une effrayante responsabilité.
Le texte est beau, fort, d’une belle poésie, mais l’océan de paroles qu’il constitue nécessite de la part du spectateur une grande disponibilité.

photo Christophe RAYNAUD DE LAGE

D’autant que le regard est sans cesse sollicité par les superbes images qui constituent ce spectacle dont la scénographie est une réussite.
Au gris du décor général, au sombre des costumes, s’ajoutent des lumières d’une délicatesse qui, avec le tintement des cloches ou la musique égrainée d’un shamisen, créent une atmosphère envoûtante.
Francis Dubois

MC 93 Bobigny
9 boulevard Lénine
93 000 Bobigny

Réservation (partenariat Réduc’snes tarifs réduit aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 60 72 72
www.mc93.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • mai 68 sur scène
    Une nouvelle création de Jacques Kraemer, en résonance avec mai 68, convoquant "l’historique et l’intime, le biographique et l’imagination", est présentée à Chartres jusqu’au 31 mai (1) puis au Festival... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Classe"
    "Temps : présent. Lieu : classe de sixième, Saint-Denis. Département : quatre-vingt-treize. Personnages : vingt-quatre élèves et un professeur (au féminin). Action : une interrogation écrite. Sujet :... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Le jeune prince et la vérité"
    Un jeune prince désire épouser la fille d’un paysan. Celui-ci lui impose de parcourir le monde à la recherche de la vérité pour lui accorder la main de sa fille. Mais qu’en sera-t-il au terme de sa... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Le commencement du bonheur"
    Giacomo Léopardi a écrit en 1824 des petites pièces philosophiques, Operette morali, une œuvre tonique, brève et subversive, à contre courant des gesticulations et prétentions stériles d’un genre... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Phèdre" de Sénèque
    Sénèque aurait écrit 9 tragédies, toutes inspirées de légendes grecques, dont Agamemnon, Hercule furieux, Hercule sur l’Oeta, Œdipe, Médée –qui est au programme des Amandiers en fin de saison, et que met en... Lire la suite (Avril 2008)