Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Florent-Emilio Siri (France)

"Cloclo" Sortie en salles le 14 mars 2012

On garde de Claude François l’image d’un chanteur sautillant sur scène, serré dans des costumes colorés et pailletés, entouré de danseuses-chanteuses baptisées "clodettes".

Son personnage faisait l’admiration d’un public féminin, d’adolescentes surtout, pour lesquelles il a été le premier à créer un Fan Club.

Florent-Emilio Siri nous en dit un peu plus sur le personnage dans un film de deux heures trente qui n’est pas de facture très originale, qui aligne les épisodes de la vie du chanteur révélant un garçon ambitieux, colérique qui, paradoxalement, pouvait se montrer simple dans son rapport aux autres et très abordable.

On pouvait reprocher au chanteur le choix de ses textes et de ses musiques, de donner dans la facilité et de s’adapter aux exigences fluctuantes de la mode du moment.

Le film nous le présente comme un travailleur acharné, un artiste exigeant et novateur, qui dans le genre qu’il avait choisi, semblait vouloir atteindre la perfection.

Le film part de sa naissance en Egypte, d’une mère qui perdit des sommes importantes au jeu au point de mettre son mari sur la paille, et d’un père austère qui n’avait de cesse de détourner son fils de son goût pour la musique.

On passe ensuite par l’époque des vaches maigres, des contrats difficiles à décrocher, des managers difficiles à convaincre et des échecs cuisants pour arriver au déclic du succès, aux salles combles, à cette célébrité qui l’enivrait mais jamais de l’éloignait de son exigence et de la recherche de nouveaux titres porteurs.

Son idylle avec France Gall fut-elle médiatisée ? Elle dura un certain temps et s’acheva lorsque la jeune chanteuse connut la consécration en emportant le Grand Prix de l’Eurovision avec la chanson écrite par Gainsbourg, "Poupée de cire, poupée de son" . Lassitude ou jalousie professionnelle ?

La rencontre avec celle qui deviendra la mère de ses deux garçons, leur vie commune, sont ponctuées de scène de concerts, de répétitions, de la recherche de nouveaux textes dans le souci de se renouveler au point de faire appel à des compositeurs d’un autre style comme Roda Gil.

Il ne faut sans doute pas prendre l’histoire de la vie de Claude François racontée par Florent-Emilio Siri et son scénariste Julien Rappeneau au pied de la lettre, mais il y a dans la vie de ce chanteur une telle abondance de matière romanesque, que tout ce qui peut y avoir été ajouté est crédible. Et si la fiction a pris le pas sur la réalité, c’est au bénéfice du chanteur puisqu’il apparaît ici, sous les traits et avec le talent de Jérémie Renier, comme un être solide et déterminé.

Dommage que la forme du film soit aussi plate, qu’il y ait aussi peu d’invention dans l’enchaînement des épisodes, que tout cela, du coup, manque de profondeur et sacrifie à la fois l’émotion et le fil artistique.

Quand Jérémie Renier, au bout d’une demi-heure de film rompt avec son masque tourmenté de jeune homme incompris et qu’il entre dans le vif du sujet, il devient magnifique, et le film de Florent-Emilio Siri, s’il ne lui doit pas tout, lui doit beaucoup.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)