Actualité théâtrale

Tous les lundis chez Maxim’s

Cocteau-Guitry Mise en scène Gérard Chambre

N’écoutez pas messieurs de Sacha Guitry
et
Le Bœuf sur le tôa d’après Jean Cocteau.

Ce célèbre lieu parisien propose, le soir de fermeture du restaurant, d’ouvrir ses portes à une troupe de joyeux lurons, qui déploient leur énergie à mettre en musique et en lumière cet endroit à l’ambiance habituellement plutôt classique et feutrée.

La soirée commence par une rapide mise en bouche, concoctée par Sacha Guitry ; N’écoutez pas messieurs est une pièce en un acte, comédie légère mais relativement efficace.

Dans un second temps, la même troupe mise en scène par Gérard Chambre nous propose d’écouter un Bœuf sur le toâ d’après Cocteau.
Le répertoire, composé de 17 chansons de Boris Vian à Bourvil en passant par Les frères Jacques, Jacques Brel ou Fernandel, est parfois inégal mais toujours bien chanté et magnifiquement accompagné au piano.

La mise en scène est quelquefois un peu (trop) épurée et sommaire, les costumes parfois étonnants et décalés. Mais on se laisse vite emporter par l’enthousiasme de cette troupe dynamique et attachante qui s’empare du lieu et nous transmet sa légèreté et son amour de la chanson française.
Delphine Haton

Distribution :
Estelle Boin, Véronique Fourcaud, Mikaël Apamian, Fabrice Coccitto, Gérard Chambre
Direction musicale : Fabrice Coccitto
Mise en scène : Gérard Chambre

Chez Maxim’s

3, rue royale 75008 Paris
M° Concorde
Tous les lundis à 20h30
Tarifs : 30 € Réservations au 01.42.64.37.33
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)
  • « Chance »
    Au secrétariat de ce cabinet d’avocats frappadingue, on ne travaille pas beaucoup, mais on chante et on danse. La secrétaire, rousse et bouclée, est très salsa, l’assistant écrit des plaidoiries en mi... Lire la suite (7 février)
  • « La Dama Boba » ou celle qu’on trouvait idiote
    Au tournant du XVIème et du XVIIème siècle, l’Angleterre avait Shakespeare et l’Espagne Lope de Vega. Son œuvre est aussi foisonnante et complexe que le fut sa vie emplie de conquêtes amoureuses. C’est... Lire la suite (5 février)
  • « Le sourire au pied de l’échelle »
    Ce portrait d’un clown à la recherche de lui-même, pris dans ses propres contradictions, Auguste célébré mais qui doute, qui fait rire mais voudrait plutôt susciter la joie, est une œuvre atypique... Lire la suite (5 février)