Actualité théâtrale

au Théâtre Gérard Philipe - Centre Dramatique National de Saint-Denis

"Cœur ardent" d’Alexandre Ostrovski. Mise en scène de Christophe Rauck. Texte français de André Markovicz. Jusqu’au 15 février

Kouroslepov, riche marchand oisif qui passe le plus clair de son temps à boire ou à dormir, se fait un jour chaparder deux mille roubles. Ne sachant qui est son voleur, il charge Silane, un parent et ses deux serviteurs Narkis et Gavrilo de surveiller de près sa maison et de se montrer vigilants.
Plus soucieux de la protection de sa fortune et de ses biens que du bien-être de ses proches, il ne voit pas que sa femme Matriona malmène Paracha, la fille qu’il a eue d’un premier mariage. Celle-ci, à qui on destine un mari dont elle ne veut pas, voudrait échapper à l’autorité abusive de ses parents…
"Coeur ardent"
est une pièce truculente qui mélange les genres. A la fois comédie de mœurs et satire sociale c’est aussi un plaidoyer pour l’émancipation de la femme et plus particulièrement de la jeune fille qui subit à l’époque, en plus du joug de l’autorité parentale, celui tout aussi contraignant de la société.

Autour de Kouroslepov, de Matriona et Paracha s’agitent une foule de personnages secondaires soumis, avares ou mesquins qui sont prêts à toutes les bassesses et aux comportements les plus grotesques pour obtenir de l’argent ou la reconnaissance des nantis.
Alexandre Ostrovski est né en 1823 à Moscou. Après des études de droit et un premier emploi dans la branche judiciaire, il écrit "Tableau de famille". La pièce, qui a pour sujet une faillite frauduleuse, s’attire les foudres des marchands. Contraint de démissionner, il se consacre alors essentiellement à l’écriture de pièces dont les plus connues sont :"L’orage", " Cœur ardent", "La forêt", "Loups et brebis". En 1885, il est nommé directeur artistique des Théâtres impériaux de Moscou.
Comédien de formation, Christophe Rauck a travaillé, entre autres, chez Ariane Mnouchkine. En 1995, il crée sa propre compagnie "Terrain vague"au sein de laquelle se retrouvent des comédiens issus du Théâtre du Soleil. La première création, une mise en scène du « Cercle de craie caucasien » est donnée au Berliner Ensemble au cours d’une tournée internationale.
Le choix des textes qu’il met en scène va de Shakespeare à Cami en passant par Labiche ou Martin Crimp. C’est sans doute dans le grand éclectisme de ses choix qu’il puise sa grande créativité. En 2005, sa mise en scène du "Revizor" de Gogol remporte un énorme succès public. Tout comme "Le mariage de Figaro"qu’il monta en 2007 pour la Comédie Française.
Après avoir dirigé de 2003 à 2006 le Théâtre du Peuple de Bussang, il devient le Directeur du Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis le 1er janvier 2008. Francis Dubois

TGP – 59 Boulevard Jules Guesde 93 207 Saint-Denis cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) :
01 48 13 70 00 ou reservation@theatregerardphilipe.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)