Actualité théâtrale

Théâtre de La Tempête du 18 septembre au 18 octobre 2015.

"Comédie pâtissière" Texte et mise en scène Alfredo Arias.

En Argentine, les tout débuts de la télévision sont marqués par une émission culinaire devenue vite très populaire. Les téléspectateurs de l’époque adoptent Dona Petrona qui y présente ses invraisemblables créations de gâteaux tous plus surréalistes les uns que les autres auxquels elle donne les noms du motif qu’ils représentent, " La ruche ", " l’épi de maïs ", " Livre de prière " ou "Drapeau argentin "…

Parmi les admirateurs inconditionnels de l’icône du petit écran en noir et blanc, il y a le jeune Alfredo Arias, un enfant qui grandit dans un cadre familial étouffant.

Dona Petrona, la capricieuse et fantaisiste "fée des fours" n’est pas la seule à accompagner l’enfance chaotique d’Alfredo. Celui-ci nourrit également une grande passion pour Eva Perron qui éveillera très tôt chez lui une conscience politique.

.
Théâtre : Comédie pâtissière

Dona Petrona, avec sa fantaisie, sa démesure, est sans doute en partie à l’origine de l’inspiration artistique d’Alfredo Arias.

Avec cette " Comédie pâtissière " qu’il a écrite et qu’il crée au Théâtre de la Tempête, il lui rend hommage avec humour, malice, insolence parfois et beaucoup d’émotion..

Il a imaginé un dialogue entre elle et lui qui retracent les épisodes importants de son enfance mais qui constituent en même temps un portait pertinent de la société argentine des années 50.

Avec ses extravagances culinaires, et en jouant de sa célébrité, Dona Petrona nourrissait une but :

celui, à travers ses visions utopiques, de transformer la misère des classes modestes en un éclatant luxe pâtissier.

Le face à face enjoué qu’il a imaginé est pour lui la manière transfigurée de traverser son enfance avec douleur, mais aussi ironie et tendresse. Le choix de son interlocutrice, drôle et imprévisible, donne toute sa dimension au spectacle par ailleurs traversé de chansons, réminiscence des comédies musicales qui furent le genre prédominant de la carrière artistique d’Arias.

" Comédie Pâtissière " est un spectacle modeste mais à sa manière, flamboyant.

Si on se souvient avec un léger pincement au cœur qu’Alfredo Arias fut l’auteur et le metteur en scène de spectacles immenses et débridés qui sont restés dans les mémoires comme de fastueuses réalisations, " Peines de cœur d’une chatte anglaise" par exemple où il ouvrit les portes du merveilleux et du masque, on ne doit surtout pas voir dans sa dernière création, le moindre signe d’une diminution de son potentiel créatif.

Alfredo Arias demeure même dans la modestie le merveilleux créateur qu’il a été et on peut retrouver en filigrane dans sa " Comédie pâtissière " toute la gamme des éléments (paillettes, chants et danses) qui contribuèrent à faire de lui, pendant une longue période, un maître de la comédie musicale flamboyante.

Alfredo Arias est bien resté le même.

Francis Dubois

Théâtre de La Tempête Cartoucherie, Route de Champ-de-Manœuvre 75 012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)