Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Denis Parrot (France)

« Coming out » Sortie en salles le 1er mai 2019.

Depuis de nombreuses années maintenant, de plus en plus de jeunes gays, lesbiennes, bi ou trans, dans le monde entier, décident de faire leur coming-out via des vidéos sur internet.

Au moment de révéler leur préférence sexuelle ou leur projet de se transformer, l’angoisse est souvent là. Le révélation de son homosexualité ne va-t-elle pas modifier, voit compromettre les rapports avec sa famille, ses amis ou sa hiérarchie ?

A travers un montage d’enregistrements vidéo postés sur le Web par des jeunes, « Coming-out » nous fait vivre ces moments de bouleversement intime et social...

Cinéma : Coming out

C’est la vidéo YouTube d’un jeune homme qui avouait son homosexualité à sa grand mère au téléphone et se filmait avec sa webcam, qui a mis Denis Parrot sur le projet de réaliser un film sur le sujet. Le jeune homme montrait beaucoup de difficultés à se jeter à l’eau, multipliait les silences, les signes d’embarras pendant neuf minutes sur les dix que durait l’entretien.

Denis Parrot allait très vite découvrir que cette vidéo n’était pas un cas isolé. Des milliers d’autres existaient, témoignant pour le plupart d’entre elles que ce moment de révélation est pour chacun resté un moment de tension après des mois, des années, d’un silence ravageur.

Denis Parrot a visionné plus de mille deux cents vidéos de coming-out sur les réseaux sociaux, mis en ligne entre 2012 et 2018, pour bien comprendre le phénomène et cerner au plus près ce que serait son film.

Son objectif qui était de faire de toutes ces paroles différentes une parole globale a-t-il été atteint ?

Le projet allait-il trouver son aboutissement en mettant bout à bout ces témoignages disparates dans la façon de révéler et dans la multiplication des cultures, les vidéos provenant de nombreux pays où l’homosexualité n’est pas perçue de la même façon, n’en est pas au même degré de tolérance.

Denis Parrot et son équipe, monteur, mixeur, étalonneur, allaient-ils dans la succession des séquences mettre en valeur les silences, les respirations, les ambiances et parvenir à équilibrer les couleurs émanant de sources vidéos très diverses.

Le fait d’avoir mis bout à bout dans le même film documentaire des vidéos tournées aux États-Unis, en Europe, en Asie mettant en scène des intervenants de sensibilités différentes, donne au final une impression de dispersion et finit par nuire à l’efficacité du document duquel l’émotion est souvent absente même des séquences les plus saisissantes.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Fin de siècle »
    Un argentin de New-York et un espagnol de Berlin se croisent au cours d’une nuit de drague à Barcelone. Rien ne les prédestinait à cette rencontre sinon une pulsion sexuelle immédiate et l’occasion... Lire la suite (22 septembre)
  • « Eléonore »
    Sous la pression de sa mère et de sa sœur aînée soucieuses de sa réussite sociale, la nonchalante et gaffeuse Eléonore, la trentaine, devient l’assistante d’un éditeur spécialisé dans le roman érotique.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Sing me a song »
    Le jeune Peyangki est étudiant dans un monastère traditionnel au Bhoutan, le « pays du bonheur ». Mais les traditions et rituels sur lesquels reposent les règlements de ces établissements... Lire la suite (20 septembre)
  • « Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
    Daphné une jeune femme enceinte de trois mois a décidé de prendre quelques jours de vacances à la campagne avec François, son compagnon. Mais François doit s’absenter pour son travail et Daphné se... Lire la suite (15 septembre)
  • « Honeyland La femme aux abeilles »
    Hatidze est une des dernières apicultrices à récolter le miel de manière traditionnelle, à dénicher les ruches « sauvages » dans la région montagneuse de Macédoine. Avec un minimum de protection et la... Lire la suite (15 septembre)