Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marco Simon Puccioni (Italie-France)

"Comme le vent" Sortie en salles le 18 juin 2014

Amida Miserere est l’une des premières femmes directrices de prison en Italie. Régulièrement menacée, elle n’en garde pas moins le cap de ses exigences professionnelles : mener sa mission de main de maître tout en s’appliquant à faire respecter les droits des détenus.
A la fois forte et fragile, pugnace et sensible, elle rêve d’une vie familiale sans histoires.
Mais elle va voir sa vie basculer le jour où son compagnon, auprès duquel elle avait trouvé amour et sérénité, est assassiné par la mafia.
Désormais seule, elle décide de prendre la direction des prisons parmi les plus difficiles d’Italie sans renoncer à sa quête de vérité et de justice.

Le film de Simon Puccioni est inspiré d’une histoire vraie, celle d’Amida Miserere qui dirigea en dernier lieu, avant de se suicider, la prison de haute sécurité de Sulmona.
A travers le parcours professionnel et sentimental de la jeune femme se dessine une personnalité toute en contrastes.
Il n’y a guère de parenté entre la fonctionnaire intègre et inflexible et la personne intime fragile, sentimentale, extrêmement féminine et quelque peu fleur bleue.
Ce sont ces allées-venues entre les deux aspects du personnage et l’interprétation à "fleur de peau" de Valéria Golino qui font tout l’intérêt du film bien plus que sa construction compliquée qui entremêlent les différentes périodes de sa vie.

"Comme le vent" aurait sans doute gagné à être mis en scène d’une façon plus sobre. Les doubles séquences traitées en parallèle (l’assassinat d’Umberto en ouverture mené en alternance avec le footing d’Amida et la scène du suicide menée de pair avec la procession en ville) témoignent d’une application un peu trop démonstrative.
La musique souvent surabondante et redondante produit des envolées lyriques qui ne sont parfois pas loin de trahir la destination du film et l’espace de vérité du personnage.

Heureusement, Marco Simon Puccioni se garde de célébrer une vie héroïque et se contente le plus souvent d’enquêter sur la vie d’une femme ordinaire, forte et fragile à la fois, dont l’objectif fut de lutter pour une justice "juste".
Cela ne suffit pas pour faire de "Comme le vent" l’œuvre forte qu’il aurait pu être.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)