Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 février au Théâtre du Rond-Point

« Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »

Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en scène. Les audiences en comparution immédiate, ce qu’on appelait auparavant les flagrants délits, n’y échappent pas. Gilets jaunes ou sans-papiers les ont beaucoup fréquentées ces derniers temps. Ces audiences ont en outre une particularité : les prévenus, qui encourent de six mois à dix ans d’emprisonnement pour vols, violences familiales, agressions souvent sous l’empire de l’alcool, trafic de stupéfiants, insultes à policier, y sont jugés en quinze à vingt minutes. Dans ce laps de temps leur sort est scellé : la liberté, la condamnation avec sursis ou le départ pour la case prison. En raison des lourdeurs administratives et du manque de moyens et de personnel, les audiences s’allongent tard dans la nuit et selon l’heure à laquelle on passe on ne sera pas jugé de la même façon. Prévenus qui connaissent ou non les codes sociaux, s’empêtrent dans leur défense en aggravant leur cas, juges qui n’ont que quelques minutes pour décider d’être à l’écoute de la situation sociale du prévenu ou veulent en finir parce qu’ils sont épuisés, avocats souvent commis d’office qui eux aussi n’ont eu que quelques minutes pour prendre connaissance des dossiers, la justice ne devient-elle pas une loterie ?

Théâtre : Comparution immédiate

Dominique Simonnot, longtemps chroniqueuse judiciaire pour Libération et pour Le Canard enchaîné a dépeint avec mordant cette justice expéditive, ses folies et sa bêtise. Le metteur en scène Michel Didym reprend ses chroniques en faisant des spectateurs les juges de cette justice, condamnée à mal fonctionner faute de moyens. La sonnerie de début d’audience retentit, la barre bien éclairée attend l’avocat, le prévenu, le procureur ou le juge, le nom du tribunal est cité, révélant bien ce qu’a de généralisée la situation.

Bruno Ricci se fait tour à tour prévenu maladroit ou Président, procureur sévère et moralisateur, indifférent à la misère sociale de ceux qui sont jugés, greffier résigné (« je vais encore faire un rapport qui ne sert à rien ») et avocats qui s’énervent parfois de voir leurs clients maltraités ainsi, tandis que d’autres, plus cultivés, plus favorisés par leur milieu social échappent à toute poursuite.

On rit beaucoup car il faut de l’humour aux juges comme aux avocats pour supporter la situation. Mais on sort en se demandant si ces « chambres de misère », comme les nomment les magistrats, sont dignes de ce qu’on attend de la justice dans un pays développé, et la réponse est hélas toute trouvée !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30. Relâche les lundis

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)