Le métier en question(s)

Continuité pédagogique Pas si simple... - MAJ 01/04

A partir du lundi 16 mars, il nous est demandé d’assurer la continuité pédagogique à distance. Au delà de la panne massive des ENT ce 16 mars, qui montre bien la fragilité des réseaux face aux connexions en masse, adapter son enseignement (cöté professeurs) et ses apprentissages (côté élèves) ne saurait se faire d’un claquement de doigt et de la mantra du " tout est prêt".

Voir aussi : confinement et travail à distance
Voir aussi : Enfin des gestes barrières pour la continuité numérique pédagogique

On ne peut exclure qu’il sera peut-être nécessaire d’expliquer à certains parents et à notre hiérarchie des réalités de notre métier. Le ministre qui dit que nous sommes prêts. Pas nous. Que les parents ne s’attendent pas à recevoir l’équivalent de plusieurs heures de cours dès lundi et tous les jours. Nous, les enseignants, avons des défis à relever à l’abri de pressions contre-productives.

Pour la plupart d’entre nous, les contenus de nos enseignements, sous formes diverses, diaporamas, traces écrites, fiches etc… ne sont pas diffusables aux élèves en l’état. De simplement copier-coller n’est pas envisageable. Pour beaucoup, nous avons une bonne partie de notre travail à refaire, si ce n’est pas tout. Mettons de côté l’aspect technique de la fiabilité et de la maîtrise des outils numériques, même si elle est souvent primordiale, pour évoquer des défis qui se poseront du fait de ne plus être devant nos élèves, et qui se poseraient même si nous utilisions une correspondance papier.

Bien sûr, adapter ou élaborer nos productions prendront un temps et une énergie variables selon les disciplines, l’expérience professionnelle, le matériel disponible et utilisé, les manières personnelles de travailler… nous n’écrivons une vérité absolue, mais un constat issu d’expériences partagées par beaucoup. L’objet de ce constat est de permettre de mettre des mots, collectivement, sur les difficultés que nous pourrons rencontrer afin de prévenir, espérons, d’éventuelles tensions.

Par exemple, nos traces écrites sont-elles exploitables sans les explications qui les accompagnent ? Il est fréquent, qu’une trace écrite de trois lignes soit la conclusion d’un travail en classe d’une vingtaine de minutes à partir de supports et d’activités variées. Et que déconnectée de ce travail, elle n’ait pas de sens.

La question du temps de travail exigible des élèves se pose également. Est-il réaliste d’imaginer des élèves travailler seuls 6h par jour ? Est-il réaliste d’imaginer des parents obtenir que leurs enfants travaillent 6h par jour ? Pour des élèves ayant des facilités avec les apprentissages, 3h parait optimiste. L’âge et le profil des élèves sont des facteurs importants. Se pose les questions de la persévérance, de l’effort, de l’autodiscipline, de l’autonomie… Sans oublier les conditions et l’ambiance de travail dont ils pourront disposer chez eux (disponibilité de terminaux fonctionnels, de moyens d’impressions, d’une pièce calme). Dans une classe, nous nous appuyons sur des élèves moteurs, qui se « relaient » d’une activité à une autre, d’un cours à l’autre. On sait bien que le travail dans une classe avec peu d’élèves moteurs est plus difficile. Ils participent à entraîner les autres dans les activités.

Un autre défi sera de concevoir des activités/contenus permettant l’apprentissage le plus autonome possible pour les élèves. Pour faire simple, comment parvenir à ce qu’il n’y ait pas, ou le moins possible d’obstacles, qui empêchent les élèves d’aller au bout d’une lecture ou d’un exercice ? Ces obstacles ne sont pas toujours faciles à anticiper. C’est souvent dans la classe que nous les percevons de part les retours que les élèves nous donnent : un mot de vocabulaire qui gêne, une ponctuation négligée par l’élève et qui indique le sens… Et une part des obstacles, en classe, sont sans rapport avec le travail produit : fatigue de l’élève, distraction causée par une préoccupation extérieure, lacunes particulières… Mesurons le travail que nous faisons tous les jours sur les seules lecture et compréhension de consignes en vue justement d’autonomiser les élèves, le dilemme que nous affrontons souvent entre débloquer un élève et prendre le temps de le laisser chercher…

Au final, la continuité pédagogique ne s’improvise pas, elle s’apparente plutôt à de la gestion de la discontinuité. Nous, personnels de l’éducation, feront au mieux de nos possibilités matérielles et pédagogiques, mais nous appelons le ministère à la modestie : rien n’est prêt dans l’instant, prenons le temps de bien faire.

Voir aussi : Télétravail pour cause de coronavirus : le RGPD s’applique aussi

Autres articles de la rubrique Le métier en question(s)

  • Confinement et travail à distance
    Depuis vendredi 13 mars, les enseignants, les CPE et les PsyEN, pour la plupart, n’ont plus accès à leur établissement et n’ont, au mieux, que des contacts téléphoniques ou électroniques avec leur... Lire la suite (23 mars)
  • CPE : exercer notre métier en situation de confinement
    Passé le choc de la gestion d’une crise que personne n’avait anticipée, l’urgence a été de se protéger sur le plan sanitaire. Les injonctions paradoxales causées par les priorités changeantes du... Lire la suite (23 mars)
  • PsyEN EDO en travail à distance ?
    Pour les PsyEN EDO, cette crise sanitaire est un révélateur supplémentaire du mépris et de la méfiance dans lequel l’administration tient nos services. Alors que les rectorats n’ont de cesse de... Lire la suite (23 mars)
  • Loin des phantasmes…
    Au préalable, précisons que la France est parmi les pays les plus riches de l’OCDE qui intègrent des pays comme les pays baltes ou d’Europe centrale très loin de nos standards de niveau de vie. Une... Lire la suite (Septembre 2019)
  • Loi Blanquer - Obligation de réserve
    Loi Blanquer - Obligation de réserve Le « devoir de réserve » est inscrit dans le premier article du projet de loi « Ecole de la confiance » de Jean-Michel Blanquer. Voici ce qu’il est possible d’en... Lire la suite (Janvier 2019)

Dans la rubrique Crise du coronavirus

  • Septembre - une rentrée ça se prépare !
    Quelles que soient les conditions sanitaires, cette rentrée ne sera pas comme les autres : que le covid ait quasiment disparu et il faudra commencer l’année en se souvenant que nos élèves sortent... Lire la suite (23 juin)
  • La session de tous les dangers
    Ce 27 mai sont parus au Journal officiel le décret et l’arrêté organisant le cadre de la session 2020 du baccalauréat général et technologique. Ces textes avaient été présentés le 11 mai dernier en... Lire la suite (21 juin)
  • Dès maintenant, préparer septembre et l’après
    Nous sommes début juin et les personnels n’ont toujours aucune information concrète sur la préparation de rentrée. Septembre ne sera pourtant pas une rentrée normale. Il y a urgence à ce que le... Lire la suite (11 juin)
  • DNB 2020 : la note de service
    La note de service concernant la session 2020 du DNB a été publiée au BO du 4 juin mais les chefs d’établissement devraient la recevoir lundi. Elle donne des précisions sur les notes à retenir pour le... Lire la suite (31 mai)
  • 2S2C : nouvel outil de démantèlement ?
    Le dispositif « Sport, Santé, Culture, Civisme – 2S2C », imaginé dans le cadre de la réouverture des établissements scolaires, pose question et impose beaucoup de vigilance ! Le dispositif « Sport,... Lire la suite (28 mai)