Articles parus dans l’US

Contre les violences faites aux femmes : le 24 novembre L’US N° 784 du 24 novembre 2018

Les violences faites aux femmes ne sont pas une
fatalité : la première chose à faire pour qu’elles
cessent, est qu’on en parle.

Il faut briser la loi du silence pour que
la honte passe dans l’autre camp et
faire cesser l’immunité des agresseurs.
Au travail, dans le secteur privé ou
dans la Fonction publique, les femmes
ne sont pas épargnées par le sexisme
et les violences sexuelles. 80 % des
femmes déclarent y avoir déjà subi des
propos sexistes, 32 % du harcèlement
sexuel ou une agression sexuelle.
Plusieurs milliers de femmes sont
violées chaque année sur leur lieu de
travail. Qu’elles soient le fait d’em-
ployeurs, de supérieurs hiérarchiques,
de collègues ou d’usagers, ces violences
ont des conséquences sur l’état de santé
des victimes, impactent leur entourage,
leurs conditions de travail et le dérou-
lement de leur carrière.
La Fonction publique est loin d’être
exemplaire en matière de prévention
des violences, de protection des
victimes et de sanctions des agresseurs.
Il faut exiger des mesures contrai-
gnantes pour la prévention et la lutte
contre les violences sexistes et sexuelles.

Cette réalité, inadmissible,
n’est pas une fatalité

Nous, syndicalistes, sommes engagés
pour lutter contre les violences sexistes
et sexuelles sur les lieux de travail et
dans nos organisations.
Parce que des collègues nous alertent sur
des comportements délictueux et que
des femmes victimes viennent nous solliciter
pour trouver des solutions.
Parce qu’elles se retrouvent face à des employeurs
ou des directions qui refusent bien souvent
de traiter les violences, de prendre des
mesures de prévention, de mener une enquête,
de sanctionner l’agresseur et d’accompagner les
équipes, préférant changer la victime
de poste pour surtout, « ne pas faire
de vagues ».

Nous marcherons avec #NousToutes,
partout en France, le 24 novembre
prochain parce qu’aucune femme ne
doit être victime de violences sexistes
et sexuelles. Ni au travail, ni ailleurs.

Aurélia Sarrasin

Autres articles de la rubrique Articles parus dans l’US

  • CIMADE : défendre les étrangers
    La Cimade, association créée en 1939, défend la dignité et les droits des personnes étrangères, quelles que soient leurs origines et leurs convictions. Les bénévoles de La Cimade, 2 800 personnes... Lire la suite (2 avril)
  • Trêve hivernale : reprise des expulsions
    Avec la fin de la trêve hivernale, les expulsions vont reprendre, et de nombreuses familles vont encore se retrouver à la rue. Nos élèves, et parfois aussi nos collègues, sont touchés mais osent... Lire la suite (2 avril)
  • France : l’IVG prise en otage
    Le principal syndicat des gynécologues menace de faire la grève des IVG s’il n’est pas reçu par la ministre de la Santé sur une revendication concernant une assurance. Une énième provocation et... Lire la suite (2 avril)
  • CEDH : Mineurs isolés étrangers en France
    L’UNICEF et dix-huit organisations dénoncent, devant le Conseil d’État, « un recul historique pour les droits des enfants ». Elles pointent du doigt le décret qui durcit les conditions de prise en... Lire la suite (2 avril)
  • Mineur en danger, mobilisation au Havre
    Alpha, jeune guinéen de 17 ans, est en CFA horticulteur ; il a fui son pays pour échapper aux violences familiales. Il est victime de la nouvelle loi « asile »-immigration qui permet de faire... Lire la suite (27 mars)