Actualité théâtrale

Du 6 au 29 juillet au Théâtre des Halles à Avignon

« Convulsions »

Convulsions revisite un épisode de la tragédie de Sénèque, Thyeste . Atrée et Thyeste ont assassiné leur demi-frère, après lui avoir infligé des tortures terrifiantes. La barbarie gagne la relation entre les frères : adultère, vengeance barbare, infanticide, cannibalisme, tout y est. Hakim Bah, qui a reçu pour ce texte le Prix Beaumarchais, prix RFI théâtre, mêle à ce récit mythologique le présent, évoquant un monde où l’on peut gagner une Green Card américaine par tirage au sort et vérifier sa paternité par un test ADN. Pour autant, les actes barbares hantent toujours les guerres et les violences faites aux femmes sont très universelles, la volonté de pouvoir, le désir d’appropriation des biens comme des femmes, le désir de vengeance, toutes ces pulsions dévastatrices sont toujours à l’œuvre. Dans une langue crue et violente, l’auteur mélange les genres, passant de la tragédie au vaudeville, mêlant grand-guignol et théâtre documentaire.

Théâtre : Convulsions

Le metteur en scène Frédéric Fisbach bouscule aussi les codes. Sa mise en scène joue entre l’œil et l’oreille du spectateur. Parfois il voit des personnages sur scène, mais en entend d’autres. Il entend l’action qu’il ne voit pas, les hurlements ou les gémissements accompagnent la violence que l’on ne voit pas. Le texte dialogué est perturbé par la voix de narrateurs qui annoncent « Thyeste dit ... Atrée dit », disent les didascalies, font avancer le récit, voire se placent dans l’esprit du protagoniste « le voisin a envie de dire … mais il se ravise … et dit en fin de compte ... ». Ce dispositif permet au spectateur de retrouver son souffle dans cet océan de violence.

La parole circule, les acteurs échangent parfois leurs personnages. Ils sont six sur le plateau, trois femmes (Madalina Constantin, Lorry Hardel et Marie Payen) et trois hommes (Ibrahima Bah, Maxence Brod et Nelson-Rafaell Madel) à incarner les personnages. Leurs voix se mêlent, formant un chœur, ou s’individualisent, révélant la fureur ou la faiblesse des protagonistes. Leur silence même devient annonciateur des drames.

Le spectateur plongé dans un monde où meurtres, coups et tortures se succèdent, se surprend parfois à rire avant de se retrouver emporté, dans ce texte très fort, par le torrent de la violence.

Micheline Rousselet

Tous les soirs à 19h30, relâche les 9, 16 et 23 juillet

Théâtre des Halles

Rue du Roi René, 84000 Avignon

Réservations : 04 32 76 24 51

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)