Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marc Fitoussi (France)

"Copacabana" Sortie en salles le 7 juillet 2010

Il semble que depuis quelque temps, Isabelle Huppert ait choisi des productions cinématographiques moyennes. Loin des grosses sorties tapageuses, les films auxquels elle participe s’écartent également des œuvres trop confidentielles. Il y eut "Home" d’Ursula Meier en 2008,"Un barrage contre le pacifique" de Rithy Pan, "White matérial" le film de Claire Denis juste avant le "Copacabana" de Marc Fitoussi et la sortie prochaine de "Sans queue ni tête" de Jeanne Labrune. Tous ces films sont des œuvres exigeantes dans lesquelles, à chaque fois, éclate son immense talent. et la capacité qu’a cette comédienne rare de se renouveler à chaque fois
"Copacabana" est une comédie drôle et grinçante autour du personnage de Babou, la quarantaine bien sonnée, femme imprévisible qui a toujours préféré aux lignes droites de la vie, les chemins de traverse. Ses comportements fantasques, ses accoutrements bariolés, ses provocations lui vaudront jusqu’à l’inimitié de sa propre fille qui souhaite, au contraire de sa mère, mener une vie rangée et respecter toutes les valeurs traditionnelles.
Qu’est-ce qui fera que, malgré toutes ses qualités de drôlerie, ses inventions de scénario, l’efficacité des comédiens, "Copacabana" fera vraisemblablement une carrière modeste. Qu’est-ce qui fait que le public ne s’y ruera pas. Peut-être son intelligence, sa sensibilité, la trop grande finesse du jeu des comédiens. Est-ce parce que la franche comédie "Copacabana" masque à peine la peinture d’une société cruelle liée à la politique du profit et à la négation de l’individu ?
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)