Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 19 décembre

"Coriolan" de Shakespeare mise en scène de Christian Schiaretti

Au moment où le peuple crie famine et réclame une justice, la guerre de l’envahisseur volsque contre Rome fait rage. Caïus Martius s’oppose à Tullus Aufidius qu’il bat à Corioles. C’est alors qu’il prend le nom de Coriolan. Son succès conduit sa caste à le proposer pour le Consulat. Mais au moment où il doit séduire la plèbe, ceux-ci voyant en lui un futur dictateur, lui retirent leurs voix et le bannissent.
Coriolan rejoint alors le camp des Volsques, se rallie à son ancien ennemi Aufidius et rentre en guerre contre Rome avant d’y renoncer. Cette seconde trahison lui sera fatale.
Shakespeare est sans doute l’auteur le plus joué sur les scènes françaises. L’Odéon lui fait doublement honneur avec"Othello", mise en scène d’Eric Vigner, et" Le songe d’une nuit d’été ", mise en scène de Yann-Joël Collin, La MC 93 de Bobigny avec "Mesure pour mesure", mise en scène de JY Ruf, et maintenant "Coriolan" à Nanterre, par Christian Schiaretti.
De toutes les autres pièces de Shakespeare pré citées "Coriolan" est la moins souvent montée. Si tous les textes de Shakespeare trouvent un écho dans les sociétés et politiques actuelles, "Coriolan" n’est pas en reste qui interroge la République, la confrontation du pouvoir entre le peuple et les gouvernants et impose une parenté entre Théâtre et Politique. Le seul choix qui reste est-il entre la démagogie du peuple et la tyrannie du pouvoir. Faut-il opter pour la sécurité et laisser la liberté de côté, ainsi que la justice ?
Né en 1955, Christian Schiaretti est nommé en 1991 à la tête de le Comédie de Reims qu’il dirige pendant onze ans. Après avoir, dans un premier temps, donné priorité au répertoire, il se tourne vers l’écrivain philosophe Alain Badiou puis vers le poète Jean-Pierre Siméon pour une série de créations originales. Sa carrière est jalonnée de rencontres avec des comédiens. On pense à Nada Strancar inoubliable Jeanne d’après "Jeanne d’Arc" de Péguy en 1999-2000, remarquable dans "Mère Courage et ses enfants" en 2001-2002 comme elle l’était dans le spectacle malheureusement interrompu "Nada Strankar chante Brecht/Dessau". En 2002, il est nommé à la tête du Théâtre National Populaire et met en place une étroite collaboration avec l’ENSATT.
En 2008, il crée "Par dessus bord" de Michel Vinaver, pièce jouée pour la première fois en France dans sa version intégrale.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)