Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alice Rohrwacher (Italie)

"Corpo Celeste" Sortie en salles le 28 décembre 2011

Marta a treize ans. Après avoir vécu son enfance en Suisse, elle est de retour à Reggio Calabria, sa ville natale.

Sa famille obéissant au phénomène de plus en plus fréquent de l’"émigration du retour" a réintégré la ville dont elle était originaire, pour des raisons économiques liées notamment à la fermeture des usines.

L’esprit communautaire, la chaleur des relations entre les gens qui régnaient en Italie du Sud ont disparu. La banlieue de la ville a subi de nombreux dégâts avec l’arrivée de la modernité. Elle offre une image de désolation avec des terrains en attente d’hypothétiques constructions, des immeubles et des maisons inachevées, des chantiers béants.

A Reggio Calabria, Marta est confrontée à un univers inhospitalier et le paysage qui lui est offert de voir le plus souvent est celui d’une rivière asséchée où s’accumulent tout ce dont les habitants ne veulent plus, objets hors d’usage, ferrailles, pièces détachées inutilisables.

Mais ces lieux abandonnés sont aussi les terrains de jeux des enfants, des jardins potagers improvisés et Marta, qui est rêveuse et penseuse, a investi quelques points d’observation d’où elle peut regarder s’agiter un monde étranger et fascinant.

Pour Marta, le retour dans sa ville natale coïncide avec le moment où elle doit faire sa Confirmation et reprendre à son compte les engagements religieux qu’on a pris pour elle au moment de son baptême.

Pour mener à bien le premier acte spirituel de sa vie, elle est tenue de suivre les cours de catéchisme dispensés par la paroisse, où l’on enseigne aux élèves le "Bon Jésus" dont le corps est spirituel et sacré.

Pour être attractives, convaincre et intéresser de jeunes adolescents peu réceptifs à la bonne parole, les séances de catéchisme s’inspirent directement de la téléréalité et Marta qui a du mal à s’adapter à s nouvelle vie, porte un regard sinon hostile, du moins très interrogateur sur le bien-fondé des valeurs enseignées.

Si la "dame catéchiste" de bonne volonté n’est pas très convaincante, Mario, le prêtre de la paroisse, qui a pris la soutane sans conviction et se contente de remplir sa tâche en attendant son affectation pour une paroisse plus importante, intrigue Marta qui ressent confusément chez lui des doutes proches des siens.

Le hasard voudra que Mario et Marta fassent ensemble le voyage en voiture destiné à ramener le nouveau crucifix de l’église pour les cérémonies de la Confirmation. Ils découvrent à cette occasion leur isolement et le prêtre et l’adolescente connaîtront un moment d’une forte complicité avant que Marta ne trouve refuge et apaisement dans un acte de rébellion salvatrice tout en découvrant d’autres pistes de réflexion.

Alice Rohrwacher trace ici, en mêlant la délicatesse de l’âme enfantine et la cruauté des premiers regards sans concession de l’adolescence, le portrait d’une fillette dont la transformation se trouve précipitée par le contexte douloureux d’un déracinement et la découverte d’un monde étranger auquel elle refuse de s’adapter avant d’en avoir compris les rouages.

Elle dresse en même temps le portrait d’une Italie prise entre des choix de modernité et un conformisme enraciné dans la tradition, d’une église en pleine confusion, rigide mais obligée, pour attirer les jeunes, d’adapter les prières en rap et de lorgner du côté des techniques racoleuses des jeux télévisés pour ses enseignements.

Francis Dubois

 

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)
  • « Résistantes »
    Eveline, Zoulikha, Alice trois femmes aujourd’hui vieillissantes se sont engagées dans les rangs du FLN dès le tout début de la guerre d’indépendance algérienne. Déterminées à accomplir la mission qu’on... Lire la suite (18 mars)
  • « M »
    M. Menahem qui a été, alors qu’il était enfant, abusé par des membres de sa communauté, revient vingt ans après à la recherche des coupables dans son quartier natal de Bnel Brak, capitale mondiale des... Lire la suite (18 mars)