Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Hervé Lasgouttes (France)

"Crawl" Sortie en salles le 30 janvier 2013

Martin vit dans une agglomération de la côte bretonne, en Cornouaille. Sans formation spécifique, il enchaîne les petits boulots et se livre à de petites magouilles qui souvent lui valent des retours de bâton et maille à partir avec la police.

Sa rencontre avec Gwen, une fille solitaire qui travaille à la conserverie et s’entraîne chaque jour au crawl en haute-mer dans le but d’atteindre le niveau de la compétition internationale, lui sera-t-elle salutaire ?

S’ils sont également amoureux l’un de l’autre et si Gwen voit loin dans son avenir, Martin ne semble pas mûr pour s’engager sur de vraies bases.

Un jour qu’il braconne en mer, Martin ramène à la surface de l’eau, le cadavre d’un noyé dont il récupère la carte bleue.

A cause de paiements frauduleux, il est soupçonné de meurtre au moment où Gwen vient de lui annoncer qu’elle attend un enfant de lui.

Si le film d’Hervé Lasgouttes manque à la fois d’ampleur et d’intimité, le sujet sur lequel il s’appuie ne manque pas de justesse et d’arguments. Ce monde du prolétariat qu’il dépeint colle au plus près aux difficultés qui marquent notre époque. Le chômage, le travail sous-payé soumis aux cadences, la nécessité pour les petites entreprises en difficulté de mordre le trait de la légalité et de faire appel, le cas échéant, au travail au noir, les couples menacés par les mauvaises difficultés économiques…

La beauté de la côte bretonne, le grand air, les élans de solidarité se fondent dans un quotidien aride, dans l’incertitude des lendemains.

Les personnages du récit, qu’ils soient dans la fuite ou dans la détermination, sont cependant finement dessinés.

Martin appartient à la génération sacrifiée qui n’a reçu aucune formation, qui vit au jour le jour et dont le caractère quoique bien trempé et farouche a tiré un trait sur la moindre ambition, le moindre projet d’avenir.

Pur produit d’une société fautive qui s’étonne des retombées de ses manquements, il a une vision de la vie où la morale fluctue en fonction des circonstances.

Gwen est un être tout aussi farouche mais positif. Son travail à la conserverie, dont elle s’acquitte avec conscience, est placé au second plan de ses préoccupations au profit de sa passion, la nage en haute mer. Pour elle, l’enfant à venir n’est pas un obstacle. Elle est de ceux pour qui les difficultés de la vie ne sont jamais d’insurmontables obstacles.

Corinne, la sœur de Martin, infirmière à domicile est le personnage pivot de l’histoire. Il est regrettable que Gilles Cohen qui joue Jean, son mari, sur-joue son personnage.

Là encore, "Crawl" n’est pas un film à bouleverser le paysage du cinéma français mais c’est un petit film souvent juste qui parvient à l’émotion sans jamais forcer le trait.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)