Éditos

Crise de vert

Une fois les premiers commentaires sur les élections municipales passés, il s’agit d’approfondir quelque peu les analyses. Dimanche 28 juin, seuls quatre électeurs sur dix sont allés voter. Ce chiffre est encore plus bas chez les jeunes et les catégories populaires.
La désaffection, voire le désintérêt pour la démocratie représentative, sont liés au manque de services publics et à un sentiment d’injustice face à l’absence d’actions contre les inégalités, la baisse du pouvoir d’achat et les discriminations. La déroute du parti présidentiel, arc-bouté sur la théorie du dépassement des partis et options politiques antérieures, montre l’inanité de ce genre de discours.
Ce qui émerge est l’aspiration à une révolution écologique et sociale, illustrée par la victoire des listes d’alliance entre forces de gauche et écologistes.
Le président de la République a beau essayer de rhabiller ses projets de verdâtre et lancer un référendum censé lui donner l’onction environnementale, les urnes ont parlé d’une voix claire et montré que, sans remise en cause du capitalisme néolibéral, aucun changement véritable ne sera possible.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Grâce et disgrâce
    Que de louanges sur l’engagement des professeurs n’a-t-on entendues pendant le confinement  : soucieux de préserver le lien des élèves avec l’école, utilisant leur propre matériel, ne ménageant ni peine... Lire la suite (13 juin)
  • Les jours d’après
    Impréparation, improvisation, contradictions, les substantifs abondent pour qualifier la gestion calamiteuse de la crise sanitaire et le plan de retour des élèves en classe. N’écoutant ni Conseil... Lire la suite (21 mai)
  • Cavalier seul
    En période de crise sanitaire, la parole de l’État est attendue et scrutée. Elle doit éviter de nourrir l’anxiété, être mesurée. Coup de théâtre, le président de la République a annoncé un déconfinement à... Lire la suite (25 avril)
  • Aux fraises !
    Le ministre de l’Agriculture, emphatique, lance un appel aux personnes désœuvrées afin de « rejoindre la grande armée de l’agriculture française ». À sa rescousse, sa collègue, porte-parole du... Lire la suite (28 mars)
  • Solidarité avant tout !
    Tout d’abord, nous espérons que vous et vos proches vous portez bien. Dans le contexte actuel, c’est la priorité. Nous sommes aussi solidaires avec les personnels soignants, en première ligne face à... Lire la suite (17 mars)