Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 juillet au Théâtre Les Déchargeurs

« Croustilleux La Fontaine »

La Fontaine n’a pas écrit que des fables devenues, à juste titre, monument national et dont on ne cesse de pointer les visées morales plus complexes qu’il n’y paraît au premier abord. Rappelant que « le mal d’amour est le plus rigoureux », il a aussi écrit des Contes licencieux où il joue avec délectation de situations ambiguës ou carrément libertines, maniant l’implicite ou la provocation et faisant du lecteur son complice souriant.

Théâtre : Croustilleux La Fontaine

Le ténor Jean-François Novelli s’est emparé pour notre plus grand bonheur de ces contes. Antoine Sahler, le fidèle collaborateur de François Morel, mais qui a aussi écrit et composé pour Juliette, Maurane et Juliette Gréco, a composé une musique qui fait des clins d’œil au croustillant du texte. La chanteuse Juliette signe une mise en scène qui fait la part belle aux entrées sur la pointe des pieds et aux nonnes à cornette, incarnées par le chanteur, et au pianiste (en alternance Nicolas Royez, Romain Vaille et Jean-Yves Aizic). Jean-François Novelli joue et chante les curés libidineux, les nonnes en chaleur, les abbesses grimaçantes et les « cruches » qui se délurent très vite. Il glisse d’un personnage à l’autre. L’air coquin et l’œil frisant, il devient le voisin qui propose de « rendre service », en l’absence de son mari, à une épouse dont l’enfant qu’elle porte « n’a pas été tout à fait terminé », selon lui ! Il danse, s’excite, arrive en douce et s’assure la complicité du pianiste.

Dans la chaleur estivale, on se réjouit de ces contes coquins, écrits d’une si belle langue, qui nous font rire sous cape et que sert avec brio Jean-François Novelli.

Micheline Rousselet

Mercredi et jeudi à 21h30

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)