Actualité théâtrale

à L’Apostrophe à Cergy-Pontoise (95)

Cycle Théâtre et politique du 3 mai au 2 juin

La politique investit les scènes de théâtre depuis l’Antiquité, que ce soit sur le mode réflexif ou fantaisiste. Qu’il s’agisse de théâtre engagé ou non, ces spectacles suscitent des interrogations et des discussions souvent passionnées. C’est pourquoi il convient de saluer le travail de l’Apostrophe de Cergy-Pontoise, qui, pour la troisième année organise un cycle « Théâtre et politique » du 3 mai au 2 juin.
À travers six spectacles et le regard d’artistes profondément engagés dans le réel, cette édition interroge, avec une grande acuité et sans détours, les ressorts du pouvoir et son impact sur le citoyen. Le théâtre s’affirme ici, à travers des textes du répertoire et des écrits récents, comme moyen d‘expression essentiel d’une société en interrogation et en attente.

Avec poésie et fantaisie, Jacques Rebotier débusque et détourne les mots-slogans qui balisent et dirigent nos pensées les plus intimes et personnelles [ Les 3 parques m’attendent dans le parking ].
Sous la plume de Falk Richter, Stanislas Nordey dénonce une Allemagne d’après-guerre schizophrénique, balancée entre passé hitlérien et invasion pernicieuse du libéralisme économique sous les années de plomb [ My secret garden ].
Brigitte Jaques-Wajeman s’empare de pièces oubliées de Corneille pour nous entraîner dans une passionnante mise en abîme du pouvoir, de ses coulisses et turpitudes [ Nicomède et Suréna ].
Plus intime, le texte de Françoise Du Chaxel mis en scène par Sylvie Ollivier revient sur la rencontre de deux êtres, deux identités que tout sépare sur fond de migration alsacienne en Dordogne durant la seconde guerre mondiale [ Ce matin, la neige ].
Enfin, Antoine Caubet, nouvel artiste en résidence à L’apostrophe, donne à voir la violence et les illusions du pouvoir dans une version épurée, originelle et originale, du Roi Lear de William Shakespeare [ Roi Lear 4/87 ].
Il y aura aussi une rencontre-débat le 24 mai à 19h30 au Théâtre des Arts / Cergy-Centre sur le thème « Amour et politique, de la représentation scénique à la représentation citoyenne ».
Pour plus d’informations et le calendrier www.lapostrophe.net

à noter que ce lieu est un partenaire Réduc’snes = Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 34 20 14 14

L’apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise BP 60307 - 95027 Cergy-Pontoise cedex – 2 lieux d’accueil :

L’Apostrophe –Théâtre des Louvrais, Place de la Paix, Pontoise
L’Apostrophe –Théâtre des Arts, Place des Arts, Cergy-Centre

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)