Actualité théâtrale

Théâtre de Suresnes – Jean Vilar puis en tournée pour plusieurs mois

« Cyrano » d’Edmond Rostand Mise en scène de Lazare Herson-Macarel – Compagnie de La Jeunesse Aimable.

Plus d’un siècle après sa création, « Cyrano de Bergerac  » reste une œuvre culte et son personnage est demeuré un des héros de théâtre parmi les préférés du public français.

Personnage que la création de Gérard Depardieu dans le film de Jean-Paul Rappeneau a contribué

à immortaliser, comme celles plus ou moins mémorables pour les spectateurs de théâtre au fil des décennies, de Jean Piat, Jean Marais, Daniel Sorano, Jacques Weber, Philippe Torreton ou de Jean Wuillermoz à la Comédie Française.(pour ne citer qu’eux)

Cyrano incarne la liberté, le panache, le courage, la noblesse de cœur et l’appétit de la vie malgré l’énorme appendice nasal qui le défigure.

Théâtre : Cyrano

Pour faire entendre la pièce dans la lecture à la fois rigoureusement fidèle au texte et complètement renouvelée, le jeune metteur en scène Lazare Herson-Macarel a fait preuve d’autant d’enthousiasme que d’inventivité.

Il s’est entouré, rejoignant l’esprit de troupe, de comédiens jeunes et brillants dont la plupart sont de la même promotion du Conservatoire National de Paris que lui, qu’il fréquenta jusqu’en 2013.

« Donner cette pièce  » dit Lazare Herson Macarel « c ’est donner une fête populaire au vrai sens du terme, pour un festin de mots, d’intelligence et d’énergie. »

Et c’est sur cette ligne conductrice qu’il a tissé une mise en scène qui traite les différents moments de la pièce et les ruptures de ton avec un souci de belle et solide cohérence.

Cyrano est une grande pièce de troupe à laquelle ici, chacun dans son registre mais avec une grande vitalité comme point commun, avec le même enthousiasme et dans un esprit de complicité créative lisible à chaque moment, apporte sa pièce à l’édifice.

Autour d’Eddy Chignara qui compose un superbe Cyrano (Lazare Herson Macarel définit son interprète comme un « ogre de théâtre ») se démultiplient en une quarantaine de personnages, une dizaine de comédiens tous remarquables.

Un duo de musiciens, une batterie et une viole de gambe, des éléments de décor simples et modulables font vivre dans « le luxe de la simplicité »ce « Cyrano »qu’un traitement en épure fait échapper à la reconstitution historique et à la transformation formelle.

Par les accessoires et les costumes, la musique baroque, Lazare Herson-Macarel fait dialoguer les genres et les époques avec une grande virtuosité.

Magnifique.

Francis Dubois

Spectacle en tournée :

Le 17 novembre au Théâtre André Malraux à Chevilly-La-Rue

Du 21 au 24 novembre -Théâtre de la Coupe d’Or Rochefort.

Le 28 novembre Théâtre de Cachan.

Les 5, 6 et 7 décembre -Théâtre d’Angoulème - Scène Nationale.

Le 21 décembre -Les Passerelles- Pontault-Combault.

Du 17 au 21 janvier – Théâtre Montansier – Versailles.

Le 23 janvier – Carré Sévigné – Cesson Sévigné.

Le 26 janvier Théâtre Roger Barat- Herblay

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)