Actualité théâtrale

Au Ciné 13 Théâtre, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 9 mars 2013

"D.A.F. Marquis de Sade" Texte de Pierre-Alain Leleu Mise en scène Nicolas Briançon

1784. Après avoir purgé une peine de six ans de prison à Vincennes, le Marquis est incarcéré à la Bastille. Là, il est sous l’autorité du geôlier Lossinote. Il ne supporte pas de se retrouver sous l’autorité d’un être sans nom et sans éducation.

Pour échapper à cette double privation de sa liberté qu’est l’interdiction de tout pouvoir dire, il s’invente une présence féminine jaillie du mélange de ses fantasmes, de vertus et de perversion, une espèce de personnage à mi-chemin entre Justine et Juliette.

Cette apparition prise entre réalités historiques et fictions romanesques va lui permettre d’alléger sa condition de prisonnier et d’exprimer librement ses idées.

Car chez le Marquis de Sade, les idées foisonnent sur tous les sujets : la religion, les lois, la peine de mort, la souffrance, la famille, sur la prison aussi.

Arrogant, provocateur, méprisant vis-à-vis de son geôlier, le mécréant Marquis de Sade ne cesse de blasphémer, de faire l’éloge de la sodomie. Son attitude provient-elle d’une réelle perversion, de la volonté de choquer ? Son délire érotique n’est peut-être qu’un exutoire à ses angoisses, à sa solitude, à sa lucidité.

La présence imaginaire de la femme qu’il place à ses côtés, mi-catin mi-ingénue, le livre aux débordements sexuels les plus extrêmes et il commet sur ce fantôme tous les actes de perversion, ne parvenant à la jouissance que dans le stupre et la cruauté.

Pourtant se précisera bientôt, avec la lecture plus attentive des lettres que sa femme lui adresse, un autre visage du marquis de Sade, plus humain, presque repentant, humble et émouvant…

Le texte de Pierre-Alain Leleu souligne avec finesse la lente modification du comportement du Marquis de Sade et le comédien qui l’interprète exprime avec talent, une force de jeu, les fêlures du personnage qui finissent par le mettre à nu, offert à tous les doutes et prêt à la repentance.

On peut regretter que la jeune comédienne qui joue la compagne imaginaire du Marquis ne soit que dans une minauderie, ce qui prive le personnage de tout mystère et de toute distanciation. Son jeu primesautier affaiblit la pièce. Mais ses apparitions ne sont qu’épisodiques…

"D.A.F ; Marquis de Sade" est un moment de théâtre plutôt réussi grâce à la présence et au charisme d’un comédien qui sait "habiter" le plateau.

Francis Dubois

Ciné 13 Théâtre 1, Avenue Junot 75 018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 42 54 15 12

www.cine13.theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)