Actualité théâtrale

Au Ciné 13 Théâtre, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 9 mars 2013

"D.A.F. Marquis de Sade" Texte de Pierre-Alain Leleu Mise en scène Nicolas Briançon

1784. Après avoir purgé une peine de six ans de prison à Vincennes, le Marquis est incarcéré à la Bastille. Là, il est sous l’autorité du geôlier Lossinote. Il ne supporte pas de se retrouver sous l’autorité d’un être sans nom et sans éducation.

Pour échapper à cette double privation de sa liberté qu’est l’interdiction de tout pouvoir dire, il s’invente une présence féminine jaillie du mélange de ses fantasmes, de vertus et de perversion, une espèce de personnage à mi-chemin entre Justine et Juliette.

Cette apparition prise entre réalités historiques et fictions romanesques va lui permettre d’alléger sa condition de prisonnier et d’exprimer librement ses idées.

Car chez le Marquis de Sade, les idées foisonnent sur tous les sujets : la religion, les lois, la peine de mort, la souffrance, la famille, sur la prison aussi.

Arrogant, provocateur, méprisant vis-à-vis de son geôlier, le mécréant Marquis de Sade ne cesse de blasphémer, de faire l’éloge de la sodomie. Son attitude provient-elle d’une réelle perversion, de la volonté de choquer ? Son délire érotique n’est peut-être qu’un exutoire à ses angoisses, à sa solitude, à sa lucidité.

La présence imaginaire de la femme qu’il place à ses côtés, mi-catin mi-ingénue, le livre aux débordements sexuels les plus extrêmes et il commet sur ce fantôme tous les actes de perversion, ne parvenant à la jouissance que dans le stupre et la cruauté.

Pourtant se précisera bientôt, avec la lecture plus attentive des lettres que sa femme lui adresse, un autre visage du marquis de Sade, plus humain, presque repentant, humble et émouvant…

Le texte de Pierre-Alain Leleu souligne avec finesse la lente modification du comportement du Marquis de Sade et le comédien qui l’interprète exprime avec talent, une force de jeu, les fêlures du personnage qui finissent par le mettre à nu, offert à tous les doutes et prêt à la repentance.

On peut regretter que la jeune comédienne qui joue la compagne imaginaire du Marquis ne soit que dans une minauderie, ce qui prive le personnage de tout mystère et de toute distanciation. Son jeu primesautier affaiblit la pièce. Mais ses apparitions ne sont qu’épisodiques…

"D.A.F ; Marquis de Sade" est un moment de théâtre plutôt réussi grâce à la présence et au charisme d’un comédien qui sait "habiter" le plateau.

Francis Dubois

Ciné 13 Théâtre 1, Avenue Junot 75 018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 42 54 15 12

www.cine13.theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)