Lycée

D’APB à Parcours SUP : des clés... ou des verrous ?

Le gouvernement a beau jeu de communiquer sur un sytème qui donnerait le dernier mot au futur étudiant. Qu’en est-il vraiment ? Le "plan étudiants" change profondément les règles de l’orientation et de l’affectation post-bac. Chacun pourra trouver ici les liens et les documents pour faire le point, les propositions de motion et de lettre aux parents pour informer, débattre et revendiquer un autre projet pour l’avenir des futurs bacheliers.

Outils à télécharger (mise à jour 6 décembre 2017) :

Réforme de l’orientation post-bac : présentation critique
Motion de CA
lettre aux élèves et aux parents, version adaptable
lettre aux élèves et aux parents, version FSU
Courrier aux parlementaires
Courrier aux parlementaires : version adaptable
Appel interfédéral "Plan étudiants"

Le dossier d’information aux parents comme celui destiné aux personnels mettent en valeur l’idée que les places dans l’enseignement supérieur seraient garanties malgré la généralisation du principe de sélection sur dossier à toutes les formations, y compris non sélectives. Dans les faits, tout est soumis à la capacité d’accueil et une inscription peut être refusée faute de place. D’ailleurs, les publicités ministérielles indique que chaque formation informera en ligne du nombre de places dont elle dispose et des "attendus" qu’elle exige. On peut retrouver ICI les détails du projet de loi et des mesures que le ministre de l’éducation nationale entend mettre dès maintenant en place.

L’ensemble des documents supposés aider les professeurs principaux désormais en charge de l’orientation, y compris la fiche de dialogue du 1er trimestre, se trouve sur Eduscol. Cette fiche dialogue proposée comme maquette, et sans aucune valeur réglementaire, témoigne du rôle nouveau que l’on veut faire jouer aux enseignants : questions pour établir le profil de l’élève alliant scolaire et extra-scolaire, projet professionnel et de vie... Elle se clôt par les alternatives à la poursuite d’étude sur lesquelles l’élève devrait déjà se positionner... L’insertion professionnelle, l’année de césure, le service civique , le séjour linguistique font partie des possibilités.

La mécanique de la nouvelle plate-forme elle-même pose problème :
- l’absence de hiérarchisation des vœux et un processus d’affectation en continu risque de provoquer un effet de congestion et un allongement des délais d’attente, au final les meilleurs dossiers auront certainement des réponses rapides mais les autres attendront...
- Le nombre des vœux passe de 24 à 10 ; il n’y a pour l’instant aucune précision sur la façon dont certains vœux vont être regroupés ; il demeure donc beaucoup d’interrogations sur la façon dont pourront être formulés les vœux CPGE, BTS ou IUT.

Tel qu’il se profile, le nouveau dispositif relève moins de l’algorithme que de la plateforme de service : les formations de l’enseignement supérieur choisissent les candidats qui leur semblent les plus aptes à réussir... Il y a fort à parier que dans ce système, les universités les plus prestigieuses siphonneront les meilleurs dossiers. A ce jeu, les élèves les plus fragilisés socialement, en particulier parmi les bacheliers professionnels et technologiques, risquent la relégation, voire d’être partout refusés.

Autres articles de la rubrique Lycée

Dans la rubrique Lycée et post-bac