Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre au Théâtre de la Reine Blanche

« D’un retournement l’autre »

Faire comprendre la crise financière et économique qui a démarré en 2008 grâce à une pièce de théâtre, qui plus est écrite en alexandrins, c’est le défi auquel s’est confronté l’économiste Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS et membre actif du Mouvement des Économistes Atterrés.

Sur la scène 6 acteurs et une actrice - des banquiers, un trader, le Président (Sarkozy à l’époque) et sa femme Carlita, des conseillers et le Premier Ministre – mêlent les explications et les justifications les plus cyniques des mesures prises pour lutter contre la crise. Un conseiller pourvu de lunettes rouges (il se fait d’ailleurs traiter de communiste) remet en question avec ironie les solutions adoptées. Ce n’est jamais didactique, c’est traité sur le mode de l’humour, de la caricature. Pourtant tout y est, les banques qui accumulent des crédits toxiques puis se font renflouer, sans contrepartie, par l’État, faisant par là même exploser la dette publique. Il ne reste plus au capitalisme libéral triomphant qu’à reprendre la spéculation avec l’argent accordé si généreusement et à exiger des politiques de rigueur pour réduire la dette.

Théâtre : D'un retournement l'autre

L’ironie - les annonces régulières « attention dans cette station des pickpockets sont susceptibles d’agir », le banquier parlant avec tendresse des traders en les appelant « mes chenapans » - alterne avec des constats cinglants toujours en alexandrins :

« Vos actes sont parlants surtout leur hiérarchie

qui disent l’ordre où les gens sont servis

d’abord les créanciers, le peuple s’il en reste

voilà en résumé la trahison funeste »

La mise en scène de Luc Clémentin joue la carte de l’humour. Banquiers et conseillers aux ordres de la finance sont en bermuda avec veste, cravate et chaussettes de superman. La chanson vient renforcer les propos : Carlita (Alexandrine Monnot) chante quelqu’un m’a dit , se trompe un moment et entonne L’Internationale , son mari l’interrompant vite en lui rappelant que cela fait un moment qu’elle n’est plus de gauche ! Au discours de Sarkozy, dont on entend la voix « On ne rétablit pas la confiance en mentant mais en disant la vérité » répond la chanson du film Le parrain « Parla più piano … nessuno sa la veritá » chantée par tous les acteurs. Ils sont tous très bons, qu’ils jouent le Président Sarkozy, (Loïc Risser imitant à la perfection ses tics de langage « j’peux pas … j’préviens... »), les conseillers (Luc Clémentin et Alain Veniger) ou les banquiers, le trader ou le Premier Ministre (Denis Ardant ou Gérald Cesbron, Simon Bellahsen, Didier Boulle), glissant du sérieux au clownesque.

Ils devraient convaincre et pourtant à la fin c’est la voix de Macron qui remplace celle de Sarkozy et il ne reste plus aux acteurs qu’à entonner bouche fermée « el pueblo unido jamás sera vencido » 

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h45, le dimanche 15h, plus le vendredi 7 décembre à 14h30

Théâtre de la Reine Blanche

2 bis passage Ruelle, 75018 Paris

Réservations : 01 40 05 06 96

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)