Année 2017-2018

DHG Lycées : Comment faire avec 125h en moins et toujours autant d’élèves ? (Paris)

La question se pose à bon nombre de lycées parisiens qui voient leur dotation horaire globale baisser alors que leur structure n’a pas changé : Turgot -41h, Dorian -26h, Ravel -16.25h, ENC -15h, Carnot -14h, Condorcet -10h, Verlomme -9,5h, Colbert -9h. Certains lycées voient leur dotation augmenter parce que leur structure est augmentée. Mais souvent ils perdent aussi des heures de dotation complémentaire : Emile Dubois -32h, Hugo -23h, Tirel -20h, Villon -19.5h, Siegfried
- 16h, Rodin -14h, Jean Lurçat -10h, Boucher -7h, D’Alembert -4h, Bert -1.75h.

Partout, les heures ont été prises sur la dotation complémentaire. Celle-ci avait souvent été abondée pour reconnaître des difficultés particulières dans certains lycées. Les difficultés sont hélas souvent toujours là. Mais il va falloir choisir entre dédoublements, réduction des horaires nationaux ou regroupements de classes pour un nombre croissant d’enseignements.

Par ailleurs, les DHG nous apprennent aussi que le LPO Jean Lurçat va devenir un lycée technologique tertiaire : sa première ES disparaît au profit d’une première STMG tandis que le LG Paul Bert devient un LPO : il accueillera à la rentrée une première et une terminale STMG (le lycée Rodin l’est également devenu depuis l’an passé). Enfin, de nombreuses modifications sont apportées dans les structures (18 fermetures de divisions pour 17 ouvertures sans compter les changements de séries voire de voies) avec des risques sur les services des collègues (CSD : complément de service donné, voire MCS : mesure de carte scolaire). Pour Bergson et Voltaire, qui ont absorbé la hausse démographique dans l’urgence ces dernières années, la perte respective de 4 et 3 divisions va entraîner des conséquences sur les postes. On peut s’interroger sur la pertinence de bousculer autant chaque année les structures, notamment dans ces établissements qui concentrent déjà de la difficulté. Là où c’est encore possible, les classes seront plus chargées à la rentrée 2018.

Quelques établissements sont pour l’instant préservés. Mais si la future réforme du lycée suit les préconisations du rapport Mathiot, les DHG vont sans doute considérablement diminuer.

Autres articles de la rubrique Année 2017-2018