Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Xavier de Choudens (France)

« Damien veut changer le monde » Sortie en salles le 6 mars 2019.

Damien, un trentenaire un peu oisif et Mélanie sa sœur aujourd’hui devenue avocate ont eu une enfance bercée par les engagements militants de leurs parents.

Mais à la mort prématurée de la mère, la fibre militante de la famille s’est complètement dissipée.

Vingt ans plus tard, Damien qui est assistant d’éducation dans une école élémentaire, se retrouve un jour face à un problème auquel il n’avait jamais vraiment prêté attention : la menace d’une expulsion imminente pour un des élèves de l’école et sa mère.

La fibre militante revient à la surface. Avec l’aide de Mélanie l’avocate et de son vieil ami Rudy qui l’accompagne dans son combat, il va enfreindre la loi et défendre farouchement le délit de solidarité.

Mais la situation va bientôt le déborder...

Cinéma : Damien veut changer le monde

Le projet du film est né d’un article paru dans un magazine. Un homme avait reconnu des enfants de femmes seules en situation de sans papiers pour leur donner la nationalité française.

L’idée qui en découlait était d’écrire une comédie dont le personnage principal serait une sorte de Robin des Bois des temps modernes.

Et si la nationalité française pouvait être un don, un cadeau...

Mais sur un sujet aussi sensible, n’était-il pas risqué, voire indécent, de construire une comédie d’autant plus que l’objectif de Xavier de Choudens était de réaliser un film qui ne soit ni un pamphlet politique, ni un film moralisateur.

Et ce jeune réalisateur a réussi son pari même si, dans la première partie du récit notamment, il n’évite pas certaines maladresses.

« Damien veut changer le monde  » est une comédie rythmée, savoureuse et drôle qui, plus est, n’est pas dénuée d’émotion avec de vrais moments touchants qui ne débordent jamais les limites d’une vraie pudeur narrative.

Et le scénario solidement documenté sur la question de ces familles menacées à tout instant de leur vie par l’OQTF (obligation de quitter le territoire français) donne une ossature sociale convaincante à l’ensemble.

Le film dénonce surtout et plus gravement, derrière la comédie, le fameux délit de solidarité et le paradoxe contenu dans l’association de ces deux mots.

On rit souvent face à la détermination naïve de Damien ou on s’émeut face à cette candeur du personnage qui en fait parfois une sorte de salamandre, d’inoxydable Robin des Bois. On s’amuse du jeu des personnages secondaires, tous savoureux à qui le réalisateur a confié la mission de relayer le flambeau de la comédie. Inénarrables Patrick Chesnais ou Liliane Rovère qui retrouvent dans l’aventure un regain de militantisme...

Le rôle de Damien a été écrit par Xavier de Choudens pour Franck Gastambide. Il y excelle et sa « présence physique » donne tout son relief à la candeur et à la détermination de son personnage.

Une comédie sociale populaire réussie.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)