Actualité théâtrale

Jusqu’au 24 novembre à La Scala

« Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »

Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des stratégies » que l’on développe pour continuer à vivre. Quatre personnages donc. Le philosophe Ariel Chipman a quitté Spinoza, dont il était un spécialiste, abandonnant désir et joie de vivre qui ne peuvent que s’évanouir dans la lassitude et la déception. Il file désormais sur la luge du pessimisme schopenhauerien. Sa femme, Nadine, à la lucidité cruelle, se révèle être une grande angoissée sous des dehors frivoles. A leurs côtés, leur ami Serge fort préoccupé par les voitures et enfin leur psychiatre. Ils parlent de tout, de l’angoisse de vivre, du vieillissement, de la conjugalité et du port de la robe de chambre qui tuent l’amour, du mariage Renault-Nissan, de l’intérêt de manger les fraises à la fourchette plutôt qu’à la cuillère !

Théâtre : dans la luge d'Arthur Schopenhauer

Le texte de Yasmina Reza n’était pas écrit pour le théâtre. Frédéric Bélier-Garcia en a fait un objet théâtral, chacun des personnages monologuant devant un des autres, qui fait semblant de l’écouter, avant de glisser dans l’ombre passant la parole à un autre en une sorte de ronde où chacun va laisser libre cours à ses angoisses. Ce pourrait être lassant n’était la qualité du texte de Yasmina Reza. Les personnages s’interrogent sur le sens de leur vie, choisissent de s’enfoncer dans la plus noire misanthropie, hésitent, se contredisent, font preuve de mauvaise foi, interpellent l’autre. C’est à la fois sérieux et très drôle car, dans cet océan de pessimisme et de solitude, abondent les trouvailles qui déclenchent le rire. Un exemple parmi d’autres : « Quiconque se met en robe de chambre est aspiré vers le néant. Althusser a tué sa femme en robe de chambre. A moins d’être Roger Moore la robe de chambre conduit tout droit à la catastrophe ! » Le succès tient aussi beaucoup à la qualité des interprètes. Jérôme Deschamps s’installe dans les habits burlesques de l’ami d’apparence frivole qui a choisi, à l’inverse de ces grands pessimistes que sont Ariel et sa femme, d’être positif puisque la vie n’a aucun sens. Christèle Tual promène sa longue silhouette de psychiatre qui écoute mais finit par dire ce qu’elle a sur le cœur dans un monologue aussi hystérique qu’explosif. André Marcon campe un Ariel Chipman, misanthrope brillant, grincheux à souhait, qui a dépouillé toute illusion sur la vie, le sexe, l’amour et qui entraîne tout le monde dans sa dépression. Yasmina Reza est sa femme et c’est assez troublant de la voir interpréter ce personnage qu’elle a créé. Excédée par les discours qu’elle connaît par cœur de ce mari qui se laisse aller, elle cache son inquiétude en croquant des biscuits apéritifs et en se laissant aller à sa propre logorrhée. Ils ne dialoguent jamais, chacun semble enfermé dans sa solitude. Et pourtant à la fin s’ouvre une petite fenêtre de tendresse et c’est bouleversant.

Micheline Rousselet

Du lundi au vendredi à 21h, le samedi à 17h et 21h, le dimanche à 15h

La Scala-Paris

13 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Réservations : 01 40 03 44 30 ou billetterie@lascala-paris.com

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)
  • « Chance »
    Au secrétariat de ce cabinet d’avocats frappadingue, on ne travaille pas beaucoup, mais on chante et on danse. La secrétaire, rousse et bouclée, est très salsa, l’assistant écrit des plaidoiries en mi... Lire la suite (7 février)
  • « La Dama Boba » ou celle qu’on trouvait idiote
    Au tournant du XVIème et du XVIIème siècle, l’Angleterre avait Shakespeare et l’Espagne Lope de Vega. Son œuvre est aussi foisonnante et complexe que le fut sa vie emplie de conquêtes amoureuses. C’est... Lire la suite (5 février)