Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Dans la ville de Sylvia" un film de José Luis Guérin (sortie en salles en sept. 2008)

Un jeune homme a croisé une femme, il y a longtemps, dans les rues de Strasbourg. Il revient dans cette ville avec l’espoir de la retrouver. Il s’attache à une jeune femme aperçue à la terrasse du bar du Conservatoire. C’est peut-être une hésitation à la reconnaître comme étant Sylvia qui va provoquer cet acharnement à la suivre. Il y a chez le garçon autant d’impatience que de sérénité autant de bonheur que de mélancolie, autant d’acharnement que de nonchalance.

Le film est l’histoire de cette filature obstinée, de la déconvenue, de l’échec, de la possibilité, malgré un démenti formel, que cette jeune femme est peut-être, malgré tout Sylvia, qu’elle devient en tous cas, au fil des journées, une fille dont la présence l’obsède et que, peut-être dans quelques temps, il tentera de retrouver.
Il y a la filature mais il y a, peut-être comme on n’a jamais filmé une ville, le dédale des rues et les allées et venues presque chorégraphiques des passants ordinaires saisis dans leurs déplacements habituels, ces bribes de leurs conversations volées au passage, les deux ou trois personnages récurrents comme le marchand de roses pakistanais, le vendeur africain et les musiciens de l’Europe de l’Est.
Cette chorégraphie qui fait que les piétons sont en parfaite harmonie gestuelle avec les tramways, les vélos, ces véhicules dont le passage est une sorte de menace pour la filature. On ne sait plus si le passage d’un bus ne va pas fait disparaître la silhouette de Sylvia, la rendre à l’état de fantôme, en tous cas, à l’extrême fragilité qui l’accompagne…
Les premières images du film, la ville de Strasbourg, la terrasse du bar du conservatoire, la musique des violons donnent le ton. Le film ne sera pas un triller et pourtant, au bout d’un moment on se prend au jeu de cette filature, on est tenté d’anticiper et on est autant irrité que passionné par cette histoire dont on sait également qu’elle n’éclairera sans doute pas ses zones d’ombre…
"Dans la ville de Sylvia" est une œuvre rare, élégante et brute. Il ne faut pas laisser passer l’occasion de se laisser porter par son charme.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)