Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hassen Ferhani (Algérie-France-Qatar-Liban-Pays Bas)

"Dans ma tête, un rond-point" Sortie en salles le 24 février 2016.

Pour Hassen Ferhani, l’idée de filmer les abattoirs d’Alger appartient à un vaste projet entamé depuis un certain temps, qui est d’explorer certains lieux insolites ou non de la capitale et d’aller à la rencontre de leurs habitants.

Intéressé par l’atmosphère, la lumière et l’ambiance sonore des abattoirs et guidé par la curiosité, il a eu envie de cerner le potentiel humain et cinématographique de l’endroit.

Accompagné d’un seul preneur de son il a, en passant les portes du bâtiment, pénétré le milieu ouvrier en Algérie, aujourd’hui.

Cinéma : Dans ma tête, un rond point

Deux mois de tournage lui ont permis de saisir les ambiances, les mentalités, le rapport au travail, les humeurs et les cadences, de sélectionner les personnages récurrents de son film et de creuser des thèmes comme ceux de la musique, du sport, de l’amour ou de la poésie en des termes simples avec une spontanéité aussi drôle que poignante. Mais également d’aborder de façon frontale et parfois en arrière-plan, des sujets plus graves, plus douloureux, plus politiques.

De cette façon, " Dans ma tête, un rond-point " devient au final, une sorte d’instantané sur l’état du pays. L’anecdote devient témoignage par la magie d’une caméra habile et finement observatrice et finit par dresser un état des lieux de la condition ouvrière.

L’objectif du réalisateur était de calquer la progression de son film sur les fluctuations de ton de la musique Rai, de passer sans cesse du léger au sérieux et de prouver qu’on peut rencontrer la poésie, la musique, et parler d’amour dans un lieu de carnage et de mort.

Un filmage le plus souvent en plans fixes donne l’impression que la caméra, une fois postée, attend que quelque chose se passe, que surgisse du quotidien laborieux, le probable autant que l’inattendu.

"Dans ma tête, un rond-point " n’est pas un reportage sur les abattoirs d’Alger (on y parle de tout, sauf de viande) mais une suite de moments saisis au vol, empruntés aux ouvriers, à l’air du temps afin que cet endroit à la fois banal et insolite, dans son simple fonctionnement quotidien, nous raconte la complexité économique et sociale du pays.

Youcef est un optimiste, un gourmand de la vie ; un être jeune et joyeux, que quelquefois la réalité rattrape quand il parle de son travail, de sa condition d’ouvrier, des perspectives d’avenir limitées qui le contraindront à passer certainement toute sa vie dans les abattoirs.

Le film d’Hassen Ferhani parle du réel. Il saisit les moments d’insouciance, de réflexion profonde, d’analyse, par le simple regard d’une caméra observatrice et talentueuse.

Il donne la parole aux jeunes et à d’autres, à Youcef et Houcine, vingt ans, qui sont l’Algérie de demain.

Si " Dans ma tête un rond point " est un témoignage, c’est aussi un très bel objet cinématographique, original et pleinement abouti dans son choix artistique original.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)