Actualité théâtrale

au Théâtre Paris-Villette jusqu’au 24 novembre ?

"Dark Spring" d’après le récit "Sombre printemps" d’Unica Zürn

Le spectacle "Dark Spring" qui se donne au Théâtre Paris-Villette, en principe jusqu’au 24 novembre, sera-t-il le dernier joué dans ce lieu voué à la création et qui a, pendant plus de vingt ans parfaitement rempli son contrat ?
L’interruption du programme annoncé en cours de saison (trois spectacles auront été donnés sur les dix prévus – voir nos premières alertes et l’historique de cette situation) est une première dans l’histoire des théâtres et peut-être la porte ouverte à d’autres décisions autoritaires de la politique culturelle de la ville de Paris. Car le Théâtre Paris-Villette est un théâtre municipal dont les murs appartiennent à l’Etat.
Théâtre municipal signifie théâtre fonctionnant sur les seules subventions de la mairie.

La Maison de la Poésie de Paris va interrompre sa saison après février, au moment du départ de Claude Guerre, son directeur actuel. Mais là, seuls les spectacles prévus jusqu’en février avaient été annoncés.
Quel avenir sera réservé au-delà, à ce lieu dont Claude Guerre avait fait un théâtre de la poésie dans un souci de diversité, tout en donnant à la programmation, une ligne exigeante et rigoureuse ?

Le Lavoir Moderne Parisien, seul théâtre dans le quartier de La Goutte d’Or, est dans une situation plus que précaire quant à son devenir.

L’ancien Tarmac est en stand-by. Deviendra-t-il un jour un Centre voué à la chanson ? Pour l’instant, les subventions manquent.

Si l’on reproche à ces lieux de ne pas remplir leurs salles, c’est bien que le théâtre de création, celui qui permet d’avancer, de trouver de nouvelles pistes de travail, d’explorer dans des domaines divers, est remis en question et qu’on l’a privé de sa vocation.

Le "104" et le prochain Louxor à Barbès-Rochechouart nous consoleront-ils de la disparition des théâtres municipaux qui avaient chacun ses particularités et étaient animés du souci de sa mission, d’un rayonnement de proximité…

La théâtre Paris Villette poursuit sa lutte. Les soutiens son nombreux tant du côté de la profession que du côté du public, des veillées sont organisées au cours desquelles des artistes se produisent bénévolement. Ce sont des actions spontanées de toutes sortes, imaginées par ceux qui ont senti le vent du boulet et bien compris que la disparition, ou le détournement de ces lieux de leur mission originelle, représenterait un tournant dangereux qui pourrait multiplier les dégâts et, dans un avenir plus ou moins lointain, toucher l’ensemble du paysage culturel national.

"Dark Spring" se donne encore pour quelques soirs (Conception, mise en scène, images : Bruno Geslin ; création musicale Coming Soon). Le spectacle, faute de moyens, n’a bénéficié d’aucune publicité, ni d’affichage. Les spectateurs qui prennent place chaque soir à 19h30 dans la grande salle, ont été informés par le bouche à oreille. Ils s’ajoutent à ceux, déjà nombreux qui soutiennent le théâtre.
Les artistes du spectacle, Claude Degliame en tête et les musiciens qui accompagnent magnifiquement le texte, sont dans une énergie magnifique et le moindre solo de batterie prend ici, un air de combat.

Francis Dubois

Théâtre Paris-Villette,
Parc de la Villette

Information réservation 01 40 03 78 23 /
www.theatrealavillette.com
Tarif unique : 12 €

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)