Actualité théâtrale

A la Maison de la Poésie, jusqu’au 22 novembre

"Darwich, deux textes" Mise en scène, jeu, Mohamed Rouabhi

Mohamed Rouabhi portait une telle admiration au poète Mahmoud Darwich qu’après sa disparition en 2008, il ne put, l’émotion étant trop forte, répondre aux nombreuses sollicitations qui lui ont été faites de participer aux manifestations en hommage au poète.
En ce début de saison, il propose dans la petite salle de la Maison de la Poésie deux textes de Darwich : "Discours de l’Indien rouge" et "Une mémoire pour l’oubli".
Dans le premier texte, l’auteur nous rappelle, alors que prenant conscience de l’état de la planète, nous nous mobilisons pour tenter de défendre la nature, l’environnement et l’espèce humaine, que tout pourrait bien avoir commencé le jour où les indiens d’Amérique, chassés par les batailles mais aussi par le chemin de fer, l’électricité ou l’aviation ont rendu les armes…
Dans le second texte, nous sommes en août 1982, dans ce qu’on appelle encore Beyrouth ouest. Un homme est chez lui, bloqué dans sa chambre. La guerre fait rage. La ville est sous le feu des bombardements incessants. Il tente malgré tout de rendre son quotidien vivable et rêve des cinq minutes de répit qui pourraient lui permettre de se préparer paisiblement un café. Et dans l’instant même ce café qu’il décrit et qu’il associe à la cigarette et à la lecture d’un quotidien, symbolisent la liberté. Il sait qu’à tout instant, l’immeuble où il vit peut voler en éclats et le faire se retrouver prisonnier des décombres, écrasé, défiguré, et il se met à rêver de son enterrement, d’un vrai cercueil en bois où reposerait son corps entier.
Si "Le discours de l’Indien rouge" est un texte très poétique que Mohamed Roubhi joue de façon un peu statique, celui de "Une mémoire pour l’oubli", à la fois poignant et drôle, lui offre l’occasion d’un jeu contrasté allant de l’émotion à l’humour dérisoire.
Ce texte est un superbe hommage aux habitants de Beyrouth, à leur courage et à leur capacité de résistance à l’insoutenable.
Le poète Darwich n’est pas mort à Beyrouth mais aux Etats-Unis, dans l’Etat du Texas, le pays des cow-boys et… de l’Indien rouge.
Un beau spectacle subtilement construit et fort, à voir en fin d’après-midi sous les voûtes de la petite salle de la Maison de la Poésie. C’est à 19 heures.
Francis Dubois

Maison de la Poésie
Passage Molière, 157 rue Saint-Martin
75 003 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 14
www.maisondelapoesieparis.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)