Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 janvier 2016 au Théâtre Michel

« De l’autre côté de la route »

Une maison de retraite quelque part en Suisse avec son lot de vieilles dames qui perdent un peu la tête et rêvent des délicieuses pâtes de fruits de la confiserie voisine. Là séjourne Eva Makovski, qui fut une éminente chercheuse en chimie moléculaire et a loupé de peu le prix Nobel. Elle n’a rien perdu de ses capacités intellectuelles et c’est une vraie teigne à la langue bien pendue, qui attend avec impatience une mort qui ne veut pas venir. Pourquoi a-t-elle loupé le Nobel, qui paie cette pension de luxe, pourquoi une journaliste s’entête-t-elle à vouloir la rencontrer ?

Le texte de Clément Koch, révélé par une pièce à succès Sunderland et par ailleurs coscénariste de la série télévisée Un village français , fait penser aux meilleur des comédies anglaises. Il y a des remarques acides, de l’humour, on rit et on sourit et pourtant on aborde nombre de sujets sérieux, l’euthanasie, l’absence d’éthique et de tout sens moral des laboratoires pharmaceutiques, prêts à truquer les résultats cliniques, à acheter médecins et media pour assurer leurs profits.

Théâtre : de l'aure côté de la route

Didier Caron a mis en scène ce texte en cherchant surtout à le mettre en valeur. Dans un décor unique, celui de la chambre d’Eva dans la maison de retraite, seules de courtes séquences de noir assurent le passage d’une scène à l’autre. Point n’est besoin de musique car les dialogues sont forts et les acteurs sont tous très bons. Maaïke Jansen est Eva, une scientifique qui apparaît dure, sûre d’elle et qui exerce son humour ravageur tant envers elle-même qu’envers les autres. Avec ses cheveux bouclés, Dany Laurent est l’archétype de la vieille dame gourmande qui perd la tête, mais a tout de même des éclairs de lucidité et qui sait révéler beaucoup de malice au bon moment. Maïmouna Gueye est l’aide-soignante gentille mais ferme, qui sait résister aux pensionnaires comme aux visiteurs et répondre du tac au tac avec aplomb et ironie. Elle est parfaite. Son côté expansif s’oppose à merveille à la froideur un peu hautaine d’Eva et perturbe complètement le système de pensée et le comportement du directeur du laboratoire interprété par Gérard Maro. Enfin Laurence Pierre, la journaliste passe de la fragilité à la détermination, troque sa tenue jean-pull avachi pour une mini jupe de cuir et des talons aiguilles afin de parvenir à son but.

On passe une excellente soirée, on est plongé dans des questions qui font la une des journaux et en même temps, on rit à écouter ces répliques qui claquent et ces acteurs pleins de talent.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 21h, le samedi à 16h30 et le dimanche à 16h45

Théâtre Michel

38 rue des Mathurins, 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)