Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Christian Schwochow (Allemagne)

"De l’autre côté du mur" Sortie en salles le 5 novembre 2014.

Fin des années 70, trois ans après la disparition de son compagnon, Nelly décide de quitter la RDA avec son fils d’une dizaine d’années, afin de rompre définitivement avec un passé douloureux.

La jeune femme caresse l’espoir d’un nouveau départ de l’autre côté du mur mais à son arrivée à l’ouest, elle ne rencontre que difficultés de toutes sortes, tracasseries administratives, interrogatoires interminables, notamment à propos des raisons de sa décision.

Alors qu’elle est chercheuse en chimie, on lui propose un travail de laborantine. Privée d’emploi, elle doit accepter de vivre dans un camp d’hébergement d’urgence où certains de ses voisins de chambre ont baissé les bras et végètent depuis des années.

Les raisons qu’elle évoque à propos de sa décision de fuir la RDA ne conviennent pas aux enquêteurs du service d’émigration : tirer un trait sur le passé ne semble pas suffire pour justifier un départ.

Du coup, les démarches traînent en longueur et le nombre de tampons nécessaires à une admission définitive en Allemagne de l’ouest se multiplie.

Son désir de tirer un trait sur son passé en RDA englobe la mystérieuse disparition de son compagnon. Or, au moment où elle se sent prête à oublier cet épisode particulièrement douloureux de sa vie, on lui laisse entrapercevoir que Dimitri était peut-être une taupe de la Stasi.

Cinéma : "De l'autre côté du mur"

Le film de Christian Schwochow suit un tracé linéaire efficace au risque de basculer dans un récit didactique, jalonné d’événements souvent prévisibles.

Si bons nombres d’écueils son évités, c’est grâce à la solide construction de l’histoire conduite de façon très classique et à l’interprétation assortie et irréprochable de Jördis Triebel..

Mais la qualité essentielle de " De l’autre côté du mur" est de nous renseigner de façon efficace sur les retombées des accords d’Helsinski signés en 1975 et sur la brèche qu’ils représentaient pour les citoyens est-allemands désirant obtenir des visas de sortie.

Or, à la fin des années 80, sur 100 000 demandes qui étaient déposées chaque année, seulement 15 à 25% obtenaient satisfaction.

Les procédures d’obtention d’une autorisation de sortie délibérément lentes et tracassières, humiliantes et souvent vaines, finissaient par décourager les postulants.

Le film de Christian Schochow montre bien comment les candidats étaient marginalisés, rétrogradés, licenciés, soumis à l’ostracisme sans compter le risque qui les menaçait d’être arrêtés pas la Stasi.

Les candidats à l’émigration subissaient un contrôle serré des services secrets, la Stasi qui espionnait à l’ouest pour le compte de la RDA et la CIA à l’est pour celui de la RFA.

De telle sorte qu’un retour à l’est était inenvisageable et ce qui explique l’engorgement des camps d’hébergement d’urgence qui servent de toile de fond au film.

"De l’autre côté du mur " appartient à cette catégorie de films nécessaires qui permettent de se souvenir d’épisodes de l’histoire passée qui, dans la tourmente des événements actuels ou récents que connaît le monde, risquent de tomber dans l’oubli.

On lui reconnaîtra son efficacité et on ne lui reprochera surtout pas son tracé linéaire, son académisme. Ils sont ici, parfaitement justifiés.

Un récit solide et exemplaire.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)
  • « Trois jours et une vie »
    En 1999, au moment des fêtes de fin d’année, à Olloy, une bourgade des Ardennes belges, un enfant disparaît mystérieusement. Les soupçons se portent tour à tour sur plusieurs villageois et l’atmosphère... Lire la suite (15 septembre)
  • « Édith en chemin vers son rêve »
    A 83 ans, Édith Moore (Edie) est une femme qui, regardant en arrière, a soudain le sentiment d’avoir raté sa vie. Quand, à la mort de son mari, infirme depuis des décennies et auquel elle était toute... Lire la suite (14 septembre)
  • « Nous le peuple »
    Un groupe de taulards de Fleury-Mérogis, un autre regroupant des femmes d’un collectif de Villeneuve-Saint-Georges, un groupe de lycéens de 1ére ES de Sarcelles ont en commun le projet un peu fou... Lire la suite (14 septembre)
  • « Tu mérites un amour »
    Lila est folle amoureuse de Rémi, un garçon séduisant mais volage dont elle a découvert récemment l’infidélité. Elle est déterminée à défendre son amour en perdition et à éliminer sa rivale du moment. Elle... Lire la suite (9 septembre)