Actualité théâtrale

Jusqu’au 18 octobre au Théâtre 71

« De la démocratie »

En 1835, dans De la démocratie en Amérique , un aristocrate normand livre un portrait sans complaisance de ce système politique qu’il a observé lors de son voyage en Amérique. Il admire cette démocratie, en pointe les atouts indéniables par rapport à l’Ancien Régime mais en perçoit aussi les faiblesses et les risques à venir. Aujourd’hui ce système politique, dont Churchill disait « La démocratie est le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres » et qui s’est très largement répandu dans le monde, connaît une crise existentielle. Les démocraties doutent et s’interrogent sur ce qu’elles perçoivent de leurs faiblesses et sur l’universalité de leurs valeurs.

Théâtre : de la démocratie

Comment représenter la démocratie au théâtre ? Laurent Gutmann a eu l’idée de rassembler un groupe de cinq acteurs afin qu’ils s’interrogent sur la question, non pas par le seul discours, mais par, en quelque sorte, des travaux pratiques. Les relations entre acteurs, entre acteur et metteur en scène, entre eux et les techniciens, entre eux et les spectateurs, vont être examinées à l’aune de cette exigence démocratique et confrontées au texte de Tocqueville. Des questions simples comme le rôle du vote, l’avantage du règlement par un contrat de la relation maître-serviteur et les progrès de l’égalité des droits, on va passer à des questions plus complexes. Au fur et à mesure des progrès de l’égalisation des conditions, les inégalités restantes deviennent de plus en plus insupportables, alimentant des frustrations. La tyrannie de la majorité guette. La montée de l’individualisme entraîne un désintérêt pour la chose publique et la tentation de laisser les décisions à des politiques qui seront tentés d’en abuser et de concentrer le pouvoir entre leurs mains.

Tout cela va être illustrés par des questions concrètes que se posent les acteurs sur la façon de représenter la démocratie et, par une sorte de mise en abyme, ils vont mettre à l’épreuve des faits les observations de Tocqueville. Les citations de l’auteur viennent régulièrement s’insérer faisant entendre son style superbe. C’est un peu systématique mais on admire l’imagination dont ont fait preuve les acteurs et Laurent Gutmann pour créer les situations, souvent alambiquées et cocasses, qui permettent de convoquer l’auteur. Chacun des cinq acteurs est une sorte d’idéal-type. Il y a celui qui représente Tocqueville, il y a celle qui organise et prend le pouvoir, il y a celle un peu dédiée à recevoir les ordres mais dont l’imaginaire fonctionne à plein. On rit, on écoute ce que nous disait de la démocratie Tocqueville, dans une langue admirable et l’on se dit qu’il était sacrément moderne !

Micheline Rousselet

Mercredi, jeudi, samedi à 19h30, mardi et vendredi à 20h30, dimanche à 16h

Théâtre 71

3 place du 11 novembre, 92240 Malakoff

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 55 48 91 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)