Actualité théâtrale

A la Maison de la Poésie - Paris

"De la montagne et de la fin" d’après Marina Tsvetaeva Mise en scène de Nicolas Struve. Jusqu’au 28 juin

Marina Tsvetaeva, poétesse russe naquit à Moscou en 1892. Elle connut un exil de dix sept années. Deux ans après son retour dans son pays natal, elle se suicide. Elle laisse une œuvre poétique importante.
Septembre 1923, Marina Tsvetaeva rencontre Konstantin Rodzevitch. Même si leur amour ne dure que quelques semaines, il est pour elle d’une rare intensité et elle le considérera comme le plus fort qu’elle ait connu.
De cette approche de l’autre, restent trente et une lettres qu’elle écrivit chaque jour, qui traduisent à la fois, l’absolu, l’errance, le doute et le désir et dont la lecture en continu constitue une sorte de conte, allant du merveilleux à la souffrance, de la gravité à la légèreté, de la candeur à la maturité, de la certitude aux affres du doute. Textes superbes de sensibilité, de justesse, touchant à la réflexion et à l’instinctif, cette correspondance est dite sur la scène de la petite salle de la Maison de la poésie par une merveilleuse comédienne, Stéphanie Schwartzbrod qui s’accapare chaque parcelle, chaque mot de cette histoire fulgurante et déjà fuyante, les illumine, les module de sa voix douce ou rude, d’un geste court mais précis, de son regard tour à tour malicieux, enfantin ou grave mais toujours lumineux, de sa présence rustique et élégante…
La complicité entre le texte et la comédienne touche à la perfection et on assiste à la mise en superposition de la comédienne et du personnage comme on assisterait à un tour de magie, sans qu’on n’ait rien vu venir.
Musique, vidéo légère et jeux d’éclairages subtiles confirment la qualité de ce spectacle réussi en tous points et dont on garde en sortant toutes sortes d’images persistantes
Francis Dubois.

Réservations = partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)