Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Rachida Brakni (France)

"De sas en sas" Sortie en salles le 22 février 2017.

Chaque mois, à Fleury-Mérogis, des femmes pour la majorité et quelques rares hommes, viennent rendre visite à un proche : un fils, un frère, un père, un compagnon.

Pour cela, il leur faut passer par différents espaces et faire face à un personnel tellement rompu à ces épisodes qu’ils sont devenus totalement insensibles à la souffrance, à l’humiliation et au désarroi des visiteurs.

Ce jour-là du plein mois d’août, la chaleur suffocante rend le temps d’attente insupportable, propice à des agacements qui peuvent à tout instant tourner à l’affrontement..

A mesure que les visiteuses progressent de sas en sas, des liens se créent et se défont et la tension monte jusqu’à laisser exploser les rancœurs.

Cinéma : De sas en sas

Rachida Brakni s’est inspirée de la canicule de l’été 2003 pour donner le cadre narratif à son récit au cours duquel huit femmes, une petite fille et deux hommes vont vivre dans une atmosphère doublement étouffante, par étapes successives, la longue attente qui va déboucher sur une entrevue avec le proche incarcéré.

On ne verra jamais les personnages des prisonniers. " De sas en sas", qui s’arrête au moment où la porte du parloir sera sur le point de s’ouvrir, va se contenter de suivre pendant une heure vingt des femmes aux personnalités contrastes, mutiques pour certaines, exubérantes pour d’autres, pathétiques ou joyeuses. Chacune, en fonction de son histoire, aura sa propre façon de faire face à l’épreuve de l’attente.

Rachida Brakni procède par une succession de courtes séquences qui donnent par touches légères, un éclairage plus précis, à chaque fois, sur chaque personnage. Elle livre peu d’indications sur chacune d’elles et seuls, les comportements, la façon de s’exprimer ou les vêtements situeront les protagonistes dans une catégorie sociale.

Et sa façon de procéder fait que son film échappe à la fois à la fiction (il n’y a pas de progression dramatique) au documentaire (même si on découvre la parcours du combattant des visiteuses) au cinéma social (on ne sait rien de la vie de chacune des huit femmes) et au film choral (la narration en temps réel fait l’économie de l’histoire de chacune)

Pas plus qu’on ne saura pour quelle raison les visités ont été incarcérés.

"De sas en sas " qui est un instantané sur le microcosme ponctuel constitué par quelques femmes amenées à cohabiter en temps et dans des espaces réduits se contente de capter des comportements exacerbés par l’enfermement, la tension de l’attente avec ce qui peut survenir entre les protagonistes dans un tel contexte, de mouvements divers depuis les élans de tendresse, de solidarité jusqu’à la confrontation, le rejet, la haine.

Si certains personnages sont hauts en couleur, ils échappent toujours à la caricature de la même façon que le récit, même dans les moments pathétiques, échappe à l’attendrissement et à la compassion.

Le film de Rachida Brakni, tout en délicatesse, est une réussite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)