Actualité théâtrale

Du 7 au 30 juillet au Théâtre Le petit Louvre à Avignon

« De si tendres liens »

Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de contradictions dans leur perception respective. Jeanne, petite fille, voudrait que sa mère ne la quitte jamais, jalouse de la vie qu’elle peut mener quand elle s’éloigne et déploie des trésors de stratégie pour la retenir à ses côtés. Charlotte adore sa fille, mais lutte pour conserver sa part d’intimité. Avec l’âge, les relations se modifient, la dépendance s’inverse. C’est Charlotte qui se plaint de l’absence de sa fille et rêve qu’elle lui consacre plus de temps.

Ces si tendres liens , Loleh Bellon les évoque avec beaucoup de sensibilité et une grande délicatesse. Jeanne avait l’impression que sa mère la laissait trop souvent seule pour s’échapper avec ses amis tandis que Charlotte se souvient d’avoir toujours été là, d’avoir tout donné à sa fille. Le temps qui passe modifie les désirs et les souvenirs. La peur du noir de l’une devient la peur de la mort chez l’autre. Il y a des reproches, mais ils restent discrets et la tendresse et l’amour l’emportent toujours.

Théâtre : de si tendres liens

La mise en scène de Laurence Renn Pennel enchaîne rapidement les séquences. Des voiles tendus permettent parfois de happer vers l’obscurité l’une des deux femmes, laissant l’autre monologuer dans la lumière. La musique réveille les souvenirs. Le bruit du train nous emmène aux côtés de l’enfant qui part seule en vacances et que rassure sa mère, le hurlement d’une sirène fait surgir la guerre et cette fois, c’est la mère qui s’effraie de l’insouciance de son adolescente de fille qui a passé la nuit dehors.

Ce sont deux magnifiques comédiennes qui portent ces dialogues empreints de finesse et de sensibilité. Christiane Cohendy est la mère et Clotilde Mollet la fille. Sans qu’elles aient besoin de se grimer, on sent le temps qui passe, la fragilité de la mère succédant à celle de la fille. Toutes deux font sentir, sans pathos, mais avec délicatesse et humour, le passage du temps sur la relation de la mère et de la fille et l’on sort de la salle empli d’émotion.

Micheline Rousselet

Du 7 au 30 juillet à 21h30. Relâches les 18 et 25 juillet

Le Petit Louvre

Chapelle des Templiers, 3 rue Félix Gras, 84000 Avignon

Réservations : 04 32 76 02 79

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Angels in America »
    New York 1985, début de l’épidémie du Sida présentée par les puritains comme une punition divine à l’encontre des gays. Un avocat aussi cynique que célèbre, juif et homosexuel, refusant de reconnaître et... Lire la suite (27 janvier)
  • « Le K »
    Treize nouvelles qui donnent aux événements banals de la vie quotidienne une dimension fantastique, tantôt inquiétante, tantôt drôlissime. Gregori Baquet les a prises dans Le K de Dino Buzzati, le... Lire la suite (26 janvier)
  • "J’ai rêvé la Révolution"
    « J’ai rêvé la Révolution » est repris : Du 29 au 31 janvier à la Comédie de Picardie à Amiens (80) Du 27 février au 8 mars au théâtre de l’Épée de bois à Paris En parallèle il y a un spectacle court... Lire la suite (26 janvier)
  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)