Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Niels Tavernier (France)

« De toutes nos forces » Sortie en salles le 26 mars 2014

Julien est un adolescent plein de vie qui rêve d’aventures et de sensations fortes. Mais comment les vivre quand on est condamné à passer ses journées en fauteuil roulant.

Entre autres projets, il caresse celui de concourir pour le triathlon « Ironman » de Nice. Mais pour l’envisager, il a besoin de convaincre son père de faire équipe avec lui.

Paul a les dispositions physiques qui conviennent, mais il vient d’être licencié et ses préoccupations sont trop nombreuses pour se rendre disponible à une aventure qui nécessite beaucoup de temps, beaucoup d’énergie et une grande liberté d’esprit.

Cependant, sur l’insistance de Julien et bien qu’il n’ait jamais su établir jusque-là une vraie relation filiale avec son fils handicapé, il finit par se laisser convaincre.

Dans son film, Niels Tavernier n’est pas avare de bons sentiments et son récit repose sur la réhabilitation de valeurs morales familiales et amicales qui sont, chacune, défendables mais qui, ajoutées les unes aux autres finissent par alourdir le propos en même temps que la mise en scène.

Un gamin handicapé mais battant, déterminé à dépasser les limites où le cantonne sa maladie. Un père taciturne qui va révéler à lui-même et aux autres des qualités humaines ainsi que l’amour paternel qu’il tenait enfoui au plus profond (pudeur, tendance à l’indifférence) derrière un comportement bourru ; une mère protectrice et courageuse, aux sentiments maternels débordants ; un entourage amical à la générosité irréprochable. Tout cela dresse un véritable tapis rouge à des élans de générosité qui ne font jamais défaut et tissent le tableau idyllique de qualités de cœur contribuant tous à la réalisation (et à la réussite) du projet de Julien.

Les accidents de parcours qui ponctuent le récit et remettent le bon déroulement des choses et la marche vers le succès en péril ici et là, ne sont que de pure forme pour donner consistance à un scénario qui en manque un peu.

Tout dans le film, depuis les séances d’entraînement, la volonté grandissante du père de voir son tandem réussir, la détermination de l’adolescent handicapé, le changement d’attitude de la mère, sonne creux.

Et il n’y a plus, pour relever l’ensemble, que quelques morceaux de bravoure : le déroulement du triathlon et notamment l’ouverture de l’épreuve de natation pour donner du volume à un film qui traîne le pas et tente d’insuffler au récit des moments d’émotion.

Les personnages, eux, sont tellement nourris au cliché que les comédiens les interprètent sans grande conviction, dans une marge étroite. Peut-être, comme le spectateur, sont-ils gênés dans leur jeu, du fait que, dès la première image on a deviné la fin de l’histoire.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « The last family »
    . « The last family » est parti d’une histoire vraie, celle du peintre Zdzislaw Beksinski et de son entourage. Pendant de nombreuses années,l’artiste a filmé chaque jour sa propre intimité à... Lire la suite (15 janvier)
  • « La surface de réparation »
    Ancien joueur de foot qui a abandonné le terrain, Franck, un solide garçon pourtant dans la force de l’âge, est devenu homme « à tout faire » auprès d’Yves, l’entraîneur d’un club de province.... Lire la suite (14 janvier)
  • « Enquête au Paradis »
    Nedjma, journaliste dans un quotidien algérien a décidé de mener une enquête sur les représentations du « Paradis » véhiculées par la propagande islamiste, les prédicateurs salafistes du Maghreb et du... Lire la suite (14 janvier)
  • « L’enfant de Goa »
    Cette chronique du village de Boribrnol à Goa en Inde est vue à travers le regard de Santosh, un adolescent de seize ans qui vit seul avec sa grand mère dans la pauvreté et sous le joug d’un marchand... Lire la suite (13 janvier)
  • « Le rire de ma mère »
    Adrien, une jeune adolescent, n’a pas la vie facile depuis que son père et sa mère se sont séparés. Il se partage entre l’un et l’autre jusqu’au jour où il va prendre conscience de la douloureuse... Lire la suite (13 janvier)