Actualité théâtrale

à l’Usine Hollander

"Deadline" Du 5 au 15 décembre, puis du 10 janvier au 2 février

Aucun de nous ne peut rester insensible à la question du temps. Tantôt nous souhaitons l’accélérer pour échapper à des moments ou à des âges difficiles, tantôt nous aimerions le ralentir. Notre monde privilégie la vitesse, nous sommes toujours soucieux de ne pas perdre de temps et en même temps pouvoir prendre son temps devient un luxe. Notre vie est contrainte par des horaires, le temps nous mène inexorablement vers la vieillesse et la mort. Alors on rêve de lui échapper, de l’arrêter.

Sur ces réflexions, Patrice Bigel a construit avec l’équipe de son précédent spectacle une pièce de théâtre-danse. Les chorégraphies qu’il a imaginées avec ses cinq acteurs-danseurs se sont « frottées » aux textes écrits par Alison Cosson, à la scénographie et au travail sur la lumière imaginés par Jean-Charles Clair et à celui sur le son de Julie Martin.

Sur la scène peu éclairée, une femme, debout devant un phonographe sur lequel gratte un vieux 78 tours des Pêcheurs de perles, semble battre la mesure. Peu à peu les autres danseurs la rejoignent, les mouvements des bras s’accélèrent puis, quand le disque ralentit, ils se soumettent au temps et le suivent. Les passages dansés alternent avec des textes, emplis de petites notations qui mettent en regard la petitesse des temps humains face aux temps géologiques. Une vidéo en fond de scène évoque un mille-feuille de roches aux couleurs plus ou moins vives. La musique de Steve Reich rythme les gestes des danseurs, qui marchent, courent, se croisent, basculent puis se redressent. Cela va parfois si vite qu’on est au bord du vertige et pourtant tout est si précis que c’est parfait. Á la fin la poésie l’emporte. Une grosse boule roule vers nous prête à nous écraser. Tantôt un danseur l’arrête, tantôt il la chevauche ou son corps l’accompagne. On ne peut arrêter le temps, mais on peut s’en accommoder.

Il y a quelque chose de magique dans le travail que propose, dans Deadline, la Compagnie La Rumeur et on reste ébloui par la virtuosité de l’ensemble.

Micheline Rousselet

Du 12 au 15 décembre, puis du 10 janvier au 2 février à 20h30, le dimanche à 17h (jours à vérifier par téléphone)
Usine Hollander
1 rue du Docteur Roux, 94600 Choisy-le-Roi
Réservations : 01 46 82 19 63
Compagnielarumeur.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)