Conseil supérieur de l’éducation

Déclaration SNES-FSU au CSE du 21 novembre 2019

Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les membres du CSE, Bonjour à toutes et à tous,

En ce CSE de novembre, un point d’étape
Les résultats de la grande enquête métier menée par le SNES-FSU en septembre-octobre sont sans appel : augmentation de la charge de travail, sentiment d’être débordé-es, de perdre le sens du métier, de ne pas pouvoir faire correctement son travail. Ces multiples signaux d’alerte imposent une véritable prise en compte de cette souffrance professionnelle et des réponse fortes de l’institution.

En lycée, la mise en œuvre des programmes tourne à la mission impossible. Ils doivent être revus d’urgence. Le nombre de textes à présenter par les élèves à l’EAF doit être diminué. Le flou persiste quant à la mise en œuvre des E3C, c’est pourquoi le SNES-FSU continue de demander l’annulation de la première session du premier trimestre 2020 et la transformation de la session de juin en épreuves nationales. A ce jour, le ministère continue de renvoyer au local l’organisation des E3C sans jamais apporter de réponses aux revendications des personnels. Si, malgré une situation d’impréparation inédite, le ministère s’entête à maintenir ces épreuves, le SNES-FSU exige un cadrage national qui implique entre autres la banalisation des cours pendant la passation, un calendrier resserré, la décharge de cours pour les correcteurs et l’indemnisation des corrections. Il n’est pas non plus acceptable d’envisager la généralisation de la dématérialisation des corrections sans l’articuler à un équipement informatique adapté pour les établissements comme les personnels.

Dans le même temps, Nul ne sait encore de quoi le grand oral sera fait, mais en tout état de cause, il ne saurait être question d’un cadrage identique pour la voie générale et les séries technologiques. A tout hasard, le SNES-FSU rappelle que préparer les élèves à une nouvelle épreuve d’examen se fait au minimum sur un cycle de deux ans. On voit bien les difficultés en lettre et en langues vivantes en première cette année.
Il est aussi urgent de revoir l’organisation de l’année de Terminale et de permettre aux élèves de conserver 3 spécialités, tant pour des raisons pédagogiques et d’orientation, que de gestion des postes.

En collège, les difficultés sont au long cours. Dernière production ministérielle en date, le vademecum sur l’orientation des élèves. Nous rappelons à la communauté éducative que les heures dont il est question ne sont pas financées. Et que les personnels dont c’est le cœur de métier, les PsyEN-EDO, ne sont plus en nombre suffisant pour assurer le travail. Là encore, nous nous voyons confier une missions impossible.

Canope
La FSU s’est exprimé en CTM sur la manière dont une restructuration qui ne dit pas son nom est menée, sur ses conséquences en termes de ressources humaines et de risques psychosociaux. En CSE, nous alertons sur les services rendus aux usagers par l’opérateur public. Quel bilan en est-il fait ? Si des évolutions doivent être conduites, où seront-elles discutées ? Canope et ses personnels méritent mieux que des bruits de couloir. Il est urgent d’ouvrir le dialogue.

Textes de ce jour
- Avec la FSU, nous continuons de penser que les régions académiques contribuent à un mille-feuille administratif complexe, coûteux et chronophage qui n’a pas de raison d’être. Comme en CTM, nous porterons un avis défavorable sur ces textes.
- Concernant Mayotte : il est important de normaliser la situation réglementaire, mais davantage encore d’y investir dans l’éducation. La communauté éducative mahoraise doit être soutenue.
- Nous plaidons pour un grand service public de l’orientation, piloté par l’Etat et non les régions. Le transfert des Dronisep aux collectivités territoriales ne convient pas, nous porterons un avis défavorable sur le texte d’application.
- Faire passer des certifications commerciales aux étudiants en BTS, démarche coûteuse et pédagogiquement contreproductive, pose une question de fond : se dirige-ton vers la la vente à la découpe du service public d’enseignement ? Sans surprise, nous nous prononçons contre l’implantation du privé dans l’éducation nationale via les certifications extérieures.

Reprise de la déclaration intersyndicale au CTMESR du 14 novembre 2019 la Tentative de suicide d’un militant de Solidaires étudiants à Lyon.

Autres articles de la rubrique Conseil supérieur de l’éducation