Communiqués

Déclaration de l’intersyndicale du second degré Suite à la manifestation nationale du 10 octobre

La manifestation nationale du 10 octobre à Paris, à l’appel de l’intersyndicale du second degré, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT Educ’action, SNEIP-CGT, SNALC-FGAF, SIES-FAEN, SNCL-FAEN, CNGA et A&D CFE-CGC, SNUEP-FSU, SUNDEP Solidaires, a rassemblé plus de 15 000 personnes dans une ambiance traduisant la détermination collective à gagner l’abrogation de la réforme du collège imposée par le gouvernement.
La venue à Paris d’enseignants de toute la France, les nombreuses marques de soutien reçues des collègues qui ne pouvaient se déplacer montrent clairement que l’opposition à la réforme ne faiblit pas et a gagné l’adhésion de l’opinion publique. Les différents sondages et la présence de parents d’élèves dans le cortège en attestent.
Les efforts déployés par les Recteurs sur injonction de la Dgesco, l’embarras des chefs d’établissement devant l’ampleur de la contestation, pour faire pression sur les enseignants, risquent d’accroître les tensions et divisions dans les collèges, au détriment des élèves. C’est pourquoi l’intersyndicale alerte solennellement la Ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur l’urgence à reprendre le dialogue, en recevant enfin l’intersyndicale afin de travailler à un autre projet pour le collège véritablement bénéfique pour les élèves.

Dans l’immédiat, l’intersyndicale appelle les collègues à organiser le refus collectif de s’impliquer dans les formations-formatages proposées pendant les congés d’automne comme à la rentrée, à refuser toute anticipation de la réforme, à développer toutes les initiatives locales propres à bloquer sa mise en place. Pour cela, elles appellent les personnels à se réunir en assemblées générales, et à débattre de l’action, incluant la grève. Des préavis de grève quotidiens seront déposés dès la rentrée des congés.

Elle appelle à poursuivre les initiatives (réunions, expressions communes…) en direction des parents d’élèves et propose dans ce cadre l’envoi d’une carte au Président de la République. En l’absence de signe rapide de la part du gouvernement, l’intersyndicale est déterminée à poursuivre ; elle se réunira le 3 novembre pour décider, en lien avec la profession, des prochaines modalités d’action nationale.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Intersyndicale du second degré
    Communiqué FSU (SNES, SNEP, SNUEP, SNETAP), CGT (Educ’Action, agri, enseignement privé), Solidaires (SUD éducation, SUD rural-territoires, Sundep), SNALC, CNT, SYNEP-CFE-CGC, Snec-CFTC, SNFOLC, avec... Lire la suite (12 septembre)
  • Salaires des enseignants
    Depuis 24 heures, plusieurs médias utilisent un rapport publié par l’OCDE il y a dix jours pour tirer des conclusions mensongères sur la situation salariale des enseignants. Après une lecture... Lire la suite (12 septembre)
  • Réforme de l’enseignement français à l’étranger : vers la privatisation !
    Les annonces du Ministre des Affaires étrangères à la Conférence de ambassadeurs étaient attendues par la communauté des Français de l’étranger, les familles et les acteurs de l’enseignement français à... Lire la suite (5 septembre)
  • Rentrée 2019
    Depuis des mois, les personnels se sont mobilisés pour exprimer leur rejet du nouveau baccalauréat et des réformes des lycées, la grève des correcteurs et les prises de position des jurys, en juin et... Lire la suite (2 septembre)
  • Rentrée 2019
    Le décalage entre les discours et la réalité des établissements scolaires met nos collègues en colère. Télécharger le dossier de presse : Finies posture martiale, promesses de sanctions pour les... Lire la suite (1er septembre)