Conseil supérieur de l’éducation

Déclaration du SNES-FSU au CSE du 25 janvier 2018

CSE du 25 janvier 2018
Déclaration du SNES-FSU

Bonjour à toutes et à tous,

Le SNES-FSU adresse ses meilleurs vœux aux membres du CSE.

Avant de nous exprimer sur la question du bac et du lycée, nous souhaitons attirer l’attention sur deux points :
- nous ne comprenons pas le retard pris par le ministère sur la publication de certains textes, qui prennent dans la période un caractère d’urgence. Nous avons besoin de l’arrêté sur la chorale en collège, afin de permettre sa mise en place dans le cadre de la préparation de la rentrée2018. Le calendrier de l’orientation et des examens de juin 2018 n’est toujours pas au BO ce matin. Là encore, il y a urgence à pouvoir organiser convenablement le travail dans les établissements, pour les personnels comme pour les élèves.
- nous voyons fleurir les propositions d’officines privées autour de Parcoursup. Alors que la presse annonce la régionalisation les psy-EN, le soutien financier de certaines régions au secteur privé nous inquiète fortement.

Sur le rapport de la commission Mathiot
Le SNES-FSU a pris connaissance des principales mesures du rapport de la commission Mathiot sur le baccalauréat et le lycée. Sont préconisées pour le baccalauréat un émiettement des modalités d’évaluation et pour le lycée une organisation semestrielle des enseignements. L’organisation en voies et séries disparait.
Les voies et séries sont un repère important pour les lycéens et leurs familles. La structure en modules instaure une culture générale morcelée, compromettant le sens des apprentissages des élèves, en particulier pour les jeunes socialement les plus fragiles. Elle renforce la responsabilité des élèves et de leur famille en matière d’orientation. Pour le SNES-FSU, dans l’objectif de mettre les lycéens sur un pieds d’égalité, il relève de la responsabilité de l’Education nationale de proposer aux élèves des parcours cohérents.
Au final, le rapport préconise de faire du lycée une petite université, faisant fi de la maturité des lycéens, mais aussi de l’organisation pratique des établissements. Comment construire des emplois du temps et comment organiser les services des enseignants ?
Une amélioration de l’organisation des enseignements et de la vie scolaire en lycée est nécessaire. Mais une réflexion engoncée dans une commande dogmatique de 4 épreuves terminales au baccalauréat ne peut produire de solution raisonnable. Le SNES-FSU a proposé de travailler sur une évolution du contenu des programmes (par exemple les mathématiques) et des modalités d’épreuves du baccalauréat. Le défi est triple : conserver au baccalauréat sa valeur nationale de premier grade universitaire, doter l’ensemble de la jeunesse d’une culture commune, préparer l’entrée dans l’enseignement supérieur. Malgré ses affirmations, le schéma proposé par la commission Mathiot n’y répond pas.
Sur la réforme du baccalauréat et du lycée, l’entrée dans le supérieur, les conditions de la rentrée 2018 (dont les suppressions de postes) dans les collèges et lycées, le SNES-FSU appelle les collègues à la mobilisation le 1er février et à la grève le 6 février 2018.

Autres articles de la rubrique Conseil supérieur de l’éducation