Actualité théâtrale

Théâtre La Boutonnière jusqu’au 27 octobre 2012

"Déjeuner chez Wittgenstein" De Thomas Bernhard, mise en scène Habib Naghnouchin

Le théâtre la Boutonnière vient juste de rouvrir après un an et demi de travaux, pour une nouvelle saison de quatre créations. Celle que Habib Naghnouchin et sa compagnie (le Groupe de Créations Théâtrales, créé en 2003) nous proposent actuellement est une mise en scène du "Déjeuner chez Wittgenstein" que Thomas Bernhard avait écrite entre comédie et tragédie, pour ses trois acteurs fétiches et en hommage à son ami Paul Wittgenstein, neveu de Ludwig, le philosophe, longtemps resté interné.

A Vienne, deux sœurs entre deux âges s’apprêtent à fêter le retour à la maison de leur frère qui réapparaît au terme d’un long séjour en hôpital psychiatrique. L’aînée s’affaire avec fébrilité. Elle a laissé en stand-by sa carrière de comédienne pour taper à la machine les écrits philosophiques de son cadet. Elle sort du buffet la nappe brodée et les couverts des grands jours, veut que tout soit parfait et que rien ne soit laissé au hasard pour ce retour tant attendu. La benjamine, également comédienne, est plus réservée à propos de ces retrouvailles.

Photo Laurencine Lot

Cette nouvelle rencontre entre les deux sœurs et le frère, peut-être celle de la dernière chance, est un échec et chacun y a sa part de responsabilités. L’un pour être fantasque et échapper à toute emprise affective, l’autre pour se montrer trop précautionneuse et possessive et la troisième, peut-être pour avoir été trop lucide et avoir fait preuve de trop de détachement.

Avec ce huis-clos familial d’une cruauté souterraine, Thomas Bernhard fait remonter à la surface tous le secrets d’un passé douloureux, toutes les dissonances intimes et les anciennes rancœurs en jouant sur deux tonalités contrastées, le tragique et la drôlerie, l’un et l’autre volés à un quotidien presque ordinaire. Au passage, le dramaturge, en réglant ses comptes avec la famille, porte un regard sans concessions sur l’Autriche, le théâtre, la peinture ou la philosophie.

Cette cruelle "symphonie en chambre" où se côtoient la folie, (celle de la démence et celle de la sagesse), la mise en scène de Habib Naghnouchin nous la livre avec un dosage délicat qui nous fait à la fois prendre en compte la cruauté des situations et rire. Il est magnifiquement épaulé, dans son travail tout en nuances par une distribution magnifique qui fait des répliques et des silences, des affrontements ou de simples échanges de regards, des moments d’émotion. C’est souvent sur d’infimes détails que fonctionne ce spectacle. Une des belles réussites de ce début de saison.

Francis Dubois

Théâtre de La Boutonnière 25 rue Popincourt 75 011 Paris
Réservation 01 43 55 05 32 / theatre@laboutonniere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)