Autour du Jazz

Musicienne de notre temps.

« Demeter No Access », Marjolaine Reymond

Marjolaine Reymond fait partie d’une génération de vocalistes qui sont aussi compositeure et arrangeure qui ne connaissent pas les frontières – pour le moins étrange – qui ont marqué les mondes de la musique. Elle se sert aussi bien de sa technique vocale acquise dans le cadre de la musique contemporaine que dans celui du jazz, découvert plus tard. Elle s’inspire autant des bréviaires du Moyen-Âge, « Le Bestiaire » qui forme le livre I de cet album, que des « Métamorphoses » - livre II -, « l’Odyssée » de Homère – livre III – ou de « l’Exode » de l’Ancien Testament pour forger des images de notre monde, un monde bestial, en train de subir des métamorphoses, qui refuse toutes les odyssées – y compris celle d’« Ulysse » de James Joyce – même s’il vit au rythme des exodes successifs.

Jazz : Marjolaine Reymond

« Demeter No Access », le titre de cet album, qui se retrouve dans le Livre II – un hommage à Eurydice et aux droits des femmes -, est une référence à la crise écologique : la terre nourricière n’est plus accessible…

Toutes ces références nourrissent la musique. Marjolaine Reymond utilise les instruments électroniques comme sa voix qui sait dépasser les limites pour aller jusqu’au semblant de cri. Ses références se trouvent du côté de la musique « britannique », Norma Winstone, Kenny Wheeler – même s’il était canadien –, John Taylor.

Bruno Angelini, piano, Denis Guivarc’h, saxophone alto, Olivier Lété à la basse électrique et Christophe Lavergne savent habiter les compositions de la vocaliste. Ella a su aussi introduire un quatuor à cordes classique, avec Régis Huby comme premier violon, pour le faire dialoguer avec elle, avec le groupe pour faire surgir une musique qui veut se sortir de toutes les ornières pour à la fois se surprendre et surprendre l’auditeur.

Difficile, avec une telle carte de visite, de trouver un label. Il a donc fallu que Marjolaine crée le sien, Kapitaine Phœnix, sans doute pour qu’elle puisse faire renaître cette musique des cendres qui tendent à ensevelir notre quotidien.

A écouter pour s’interroger aussi sur les formes de la création contemporaine qui s’éloigne des standards du passé. Une expérience nécessaire.

Nicolas Béniès.

« Demeter No Access », Marjolaine Reymond, Kapitaine Phœnix/Cristal Records distribué par Sony Music.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)
  • « Soul Jazz Rebels »
    Un groupe qui a pris comme devise, et comme nom – ainsi que le titre de leur album - « Soul Jazz Rebels » ne peut pas décevoir. La participation du batteur Ton Ton Salut, figure du jazz... Lire la suite (19 avril)