Autour du Jazz

Musicienne de notre temps.

« Demeter No Access », Marjolaine Reymond

Marjolaine Reymond fait partie d’une génération de vocalistes qui sont aussi compositeure et arrangeure qui ne connaissent pas les frontières – pour le moins étrange – qui ont marqué les mondes de la musique. Elle se sert aussi bien de sa technique vocale acquise dans le cadre de la musique contemporaine que dans celui du jazz, découvert plus tard. Elle s’inspire autant des bréviaires du Moyen-Âge, « Le Bestiaire » qui forme le livre I de cet album, que des « Métamorphoses » - livre II -, « l’Odyssée » de Homère – livre III – ou de « l’Exode » de l’Ancien Testament pour forger des images de notre monde, un monde bestial, en train de subir des métamorphoses, qui refuse toutes les odyssées – y compris celle d’« Ulysse » de James Joyce – même s’il vit au rythme des exodes successifs.

Jazz : Marjolaine Reymond

« Demeter No Access », le titre de cet album, qui se retrouve dans le Livre II – un hommage à Eurydice et aux droits des femmes -, est une référence à la crise écologique : la terre nourricière n’est plus accessible…

Toutes ces références nourrissent la musique. Marjolaine Reymond utilise les instruments électroniques comme sa voix qui sait dépasser les limites pour aller jusqu’au semblant de cri. Ses références se trouvent du côté de la musique « britannique », Norma Winstone, Kenny Wheeler – même s’il était canadien –, John Taylor.

Bruno Angelini, piano, Denis Guivarc’h, saxophone alto, Olivier Lété à la basse électrique et Christophe Lavergne savent habiter les compositions de la vocaliste. Ella a su aussi introduire un quatuor à cordes classique, avec Régis Huby comme premier violon, pour le faire dialoguer avec elle, avec le groupe pour faire surgir une musique qui veut se sortir de toutes les ornières pour à la fois se surprendre et surprendre l’auditeur.

Difficile, avec une telle carte de visite, de trouver un label. Il a donc fallu que Marjolaine crée le sien, Kapitaine Phœnix, sans doute pour qu’elle puisse faire renaître cette musique des cendres qui tendent à ensevelir notre quotidien.

A écouter pour s’interroger aussi sur les formes de la création contemporaine qui s’éloigne des standards du passé. Une expérience nécessaire.

Nicolas Béniès.

« Demeter No Access », Marjolaine Reymond, Kapitaine Phœnix/Cristal Records distribué par Sony Music.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Rhapsodie », Gaëtan Nicot Quartet
    Les pianistes d’aujourd’hui sont soumis à des vents d’influence qui soufflent follement. Difficile de les ignorer. Tempêtes, orages que sont Bill Evans et Keith Jarrett en particulier ou les... Lire la suite (9 janvier)
  • « Intermezzo »
    Sarah Lancman avait défrayé la chronique avec un premier album. « Intermezzo », un titre adapté au deuxième album qu’elle signe, est une rencontre avec le pianiste Giovanni Mirabassi pour un répertoire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Les disques de la Victoire, American Army V-Discs 1943-49 »
    Le 75e anniversaire du débarquement a suscité une débauche de manifestations pour glorifier la Libération. La musique a été oubliée de même qu’un travail de mémoire pourtant toujours utile. Plutôt que de... Lire la suite (Décembre 2019)
  •  Woody Herman, New York, Hollywood, Monterey
    La collection « Quintessence » dirigée par Alain Gerber (Frémeaux et associés) fait toujours la preuve d’un choix affiné dans la présentation d’un artiste partie prenante des mondes du jazz. La... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Thomas Mayeras trio « Don’t Mention It »
    Un trio piano, Thomas Mayeras, contrebasse, Nicola Sabato – digne représentant de ses aînés, Ray Brown en particulier -, batterie, Germain Cornet – héritier du batteur Charles « Lolo » Bellonzi -, du... Lire la suite (Décembre 2019)