Actualité théâtrale

Théâtre 14-Jean-Marie Serreau. jusqu’au 27 octobre 2012

"Démocratie" de Michael Frayn Partenaire Réduc’snes

"Démocratie" de Michael Frayn

Mise en scène de Jean-Claude Idée

Mai 1974, le Chancelier Willy Brandt, l’homme de la réconciliation des deux Allemagne, Prix Nobel de la Paix, donne sa démission.

La raison est qu’on vient de découvrir que l’assistant personnel qu’on lui avait attribué et qui a collaboré à ses côtés pendant quatre ans, Günther Guillaume, était une taupe, un espion de la police de la RDA, la Stasi.

La révélation est d’autant plus difficile à admettre pour le chancelier que des rapports d’amitié s’étaient tissés entre lui et son collaborateur et que cette complicité était, de part et d’autre, vraisemblablement authentique.

La pièce de Michael Frayn repose sur des faits réels, l’affaire Willy Brandt ayant été un des plus grands scandales politiques de l’Histoire contemporaine.

Comment une telle puissance a-t-elle pu se laisser tromper pendant aussi longtemps ? Comment aucun soupçon n’a pu apparaître dans le déroulement quotidien de cette étroite collaboration ?

La mise en scène de Jean-Claude Idée est très sobre, efficace, même si le travail sur les ellipses aurait gagné à être plus rigoureux et si la mise en place de l’amitié qui finit par unir les deux hommes n’est que survolée.

Les seconds rôles sont tenus par des comédiens chevronnés qui s’acquittent de leurs partitions

avec la sobriété qui convient au sujet.

Le problème est que les deux personnages principaux, celui de Willy Brandt et celui de Günther Guillaume, touchent parfois au contre-sens en abondant dans le sens du rire.

Jean-Claude Idée, s’il a voulu de la sobriété, a semble-t-il voulu s’écarter de l’austérité et il a fait de l’espion Guillaume une silhouette de comédie.

Était-ce un homme particulièrement rusé, pour avoir pendant aussi longtemps berné son entourage, auquel cas, l’ambiguïté manque ? Était-ce un homme honnête, naïf et sensible, auquel cas, pourquoi avoir demandé au comédien Alain Eloi qui l’interprète, de sur-jouer, d’aller du côté de la comédie, voire du burlesque ?

Ce parti-pris qui entraîne une interprétation bondissante, agitée et très expressive, en arrive parfois à détourner le propos du texte.

Jean-Pierre Bouvier qui interprète un Willy Brandt amateur de vin rouge et de jolies femmes, s’il est convaincant dans les premiers trois quarts d’heure de la pièce, l’est beaucoup moins dans la déchéance du personnage, dès le moment où il perd pied.

Le public aime les comédies et il va chercher son plaisir de spectateur dans l’immédiateté d’une réplique ou d’une situation sans peut-être trop prendre en considération le fond de la pièce de Michael Frayn qui y dénonce en filigrane les rouages de la machine politique, les manipulations, les atteintes à la vie privée.

Francis Dubois

Théâtre 14 Jean-Marie Serreau, 20 avenue Marc Sangnier 75 014 Paris
thearte14@wanadoo.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 45 49 77

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)
  • « Marie-Antoinette »
    De Marie-Antoinette Stefan Zweig dit « Elle n’était ni la grande sainte du royalisme ni la grande « grue » de la Révolution, mais un être moyen, une femme en somme ordinaire, pas trop intelligente, pas... Lire la suite (13 septembre)