Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michel Toesca (France)

"Démocratie zéro 6" Sortie en salles le 29 janvier 2014.

Trois villages de la vallée du Sud-Est de la France, tous trois limitrophes de l’Italie, décident en commun d’organiser un référendum consultatif auprès de leur population avant de s’engager dans leur rattachement administratif à la CARF (Communauté d’Agglomération de la Riviera Française).

C’est compter sans un pouvoir en place qui voit dans cette initiative une prise d’autonomie dangereuse, et le risque de voir, dans la réussite du projet, le danger de faire tache d’huile.

Le Préfet Drevet, soutenu par le Président de la métropole Christian Estrosi et le Président du Conseil général Eric Ciotti déclare illégal et interdit un tel référendum. Il menace élus et associations engagés, d’une condamnation à 6 mois de prison et 7500 € d’amende s’ils s’obstinent à sa mise en place.

Cette opposition au Préfet, au Maire de Nice et au Président du Conseil général leur parait d’autant plus dangereuse qu’elle réunit des élus, associations et citoyens de tous bords politiques. Dans ce département largement marqué à droite, c’est une première.

Le bras de fer allait commencer même si les forces en présence étaient, dès le départ, bien inégales.

L’argument selon lequel partout en France, ce genre de référendum a pu être mis en place et se dérouler sans aucune obstruction n’avait aucun poids sur la décision des élus.

Michel Toesca n’a aucune expérience de journaliste politique. Il n’est inscrit à aucun parti politique et se pose en simple citoyen quand il décide de réaliser un documentaire sur le sujet.

Sa "candeur" en politique en fait un observateur neutre. C’est peut-être cette position non partisane qui rend le propos de son film d’autant plus efficace.

Le spectateur découvre avec lui, les dessous d’un mécanisme d’autoritarisme et d’intérêt personnel.

Qu’un découpage territorial s’organise dans un intérêt électoral entre les "grands" au détriment des "petits".

Que les élus des communes les plus importantes ont adopté le schéma du préfet et conclu des alliances afin, à moyen terme, de se trouver tous réunis dans la Métropole niçoise présidée par Christian Estrosi.

Que tous les coups et les stratégies les plus "basses" étaient permis pour rallier le plus d’élus à la métropole, depuis les menaces aux opposants jusqu’à un chantage aux subventions.

Le film suit le déroulement de la mise en place "contre vents et marées", malgré les pressions et les menaces, l’arrachage des affiches, de ce référendum réduit dans certains cas à la clandestinité et à se dérouler dans des lieux privés : appartements, boutiques ou abribus.

Le réalisateur qui souhaitait poser aux trois élus de la région la question de savoir pour quelles raisons ils s’opposaient si vivement à ce scrutin s’est heurté à une fin de non-recevoir.

Si le pouvoir régional en place est demeuré sur ses positions et s’il n’a remis en question "ses" règles établies, il semble ne pas sortir tout à fait indemne de ce combat qui pour être inégal, révèle des méthodes obsolètes.

Affaire à suivre…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)