Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 octobre au Théâtre du Rond-Point

« Démons », de Lars Norën

Katarina et Frank vivent ensemble depuis des années. Ils se désirent, s’aiment, se haïssent, ne se supportent plus mais ne peuvent pas se séparer. Ils proposent à leurs voisins Jenna et Tomas de les rejoindre pour boire un verre. C’est un jeune couple qui vient d’avoir un enfant et dont la vie tourne autour des enfants. Katarina et Frank, élégants, sûrs d’eux, vont s’ingénier à faire exploser en vol ce couple novice. Par la séduction et l’ironie ils vont avec une cruauté raffinée conduire Tomas et Jenna à remettre en cause leur couple et leurs choix de vie.
Théâtre : Démons, Rond Point
C’est en 1981 que Lars Norën, le plus grand dramaturge suédois contemporain, a écrit cette pièce. On a souvent comparé son univers à celui de Ibsen ou de Bergman. C’est à ce dernier que l’on pense ici, mais un Bergman plus sulfureux, plus cru. Aucun des personnages n’échappe à l’enfer conjugal ni à la guerre des sexes.

La mise en scène de Marcial di Fonzo Bo met en valeur la différence de milieu social et culturel entre les deux couples. La robe de dentelle noire transparente de Katarina (superbe Marina Foïs) s’oppose à la minijupe de collégienne de Jenna (Anaïs Demoustiers), l’élégant costume noir-chemise blanche de Frank (Romain Duris) tranche avec le jean-tee-shirt de Tomas (Gaspard Ulliel). Quand Frank les interroge sur les films qu’ils ont vus, Tomas cite avec amertume Cendrillon et Blanche-Neige. Jenna parle avec beaucoup d’impudeur de sa maternité et de l’allaitement, Katarina et Frank exposent leur sexualité.

Romain Duris (Frank) et Marina Foïs (Katarina) vont se déchaîner comme des démons pour faire sortir le couple novice de sa normalité. Il y a entre eux une relation emplie de sensualité et de violence dont la crudité est soulignée par la mise en scène. Marina Foïs joue de sa beauté, se laisse maltraiter tout en assénant « J’arriverai à te faire craquer ». Romain Duris danse d’une façon très sensuelle sur l’air de I put a spell on you pour éblouir Jenna. Il passe du cynisme le plus absolu dans sa relation avec Katarina à l’éventail complet des formes de séduction avec Jenna, de la violence envers Tomas à un aveu de faiblesse dont on peut douter de la sincérité. Anaïs Demoustiers traduit avec talent la naïveté et la sincérité de Jenna. Mais ce sont Frank et Katarina qui l’emportent. Jenna ne sait plus si elle a vraiment choisi cette vie et Tomas lui dira qu’il en a assez d’elle. Les couples subsistent mais les blessures causées par ce qui a été dit sont irréversibles. Les quatre acteurs portent remarquablement les dialogues percutants de ce huis-clos infernal. Le propos sur le couple est désespérant, rien n’est possible entre les hommes et les femmes et on en sort bousculé.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)