Actualité théâtrale

Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 18 décembre 2011

"Des femmes" Texte de Sophocle, traduction Robert Davreu, mise en scène Wajdi Mouawab

La collaboration entre Wajdi Mouawab et le poète Robert Davreu, pour la traduction des textes, portera au final, sur sept tragédies de Sophocle : "Ajax", "Antigone", "Œdipe roi", "Electre", "Les trachiniennes", "Hiloctère", "Oedipe à Colone".
Trois d’entre elles, jouées au dernier Festival d’Avignon, sont actuellement au programme de la grande salle du Théâtre Nanterre-Amandiers.
Nourri pour ses propres textes par le Théâtre de Sophocle, le metteur en scène Libano- québécois a décidé, entouré d’une équipe franco-québécoise, de remonter à la source et de consacrer dans un premier temps son travail aux grandes héroïnes.
Qu’elles abordent le désespoir de Déjanire en amour, le désir de vengeance d’Electre au sein de sa famille ou le désir de justice d’Antigone, les mises en scène de Wajdi Mouawab enchantent par leur simplicité, leur limpidité, par l’évidence des choix et partis-pris et par leur efficacité...
Le plaisir du spectateur repose sur plusieurs points.
La qualité de la traduction des textes, libre, vivante, offrant une lecture non seulement limpide mais parfaitement équilibrée, entre une sorte de familiarité presque "quotidienne" et le respect de fond de la langue originelle.
Un décor d’une totale sobriété utilisé tel quel ou parfois prétexte à de modestes et courtes machineries.
La magnifique mise en musique des textes par Bertrand Cantat, Bernard Falaise, Pascal Humbert et Alexander MacSween soutenus par des voix superbes et une batterie aux interventions contrastées mais toujours justifiées et bien venues.
Certaines libertés dans la mise en scène pourront surprendre les puristes mais rien n’étant jamais provocateur, ce qui surprend par sa hardiesse reste dans le cadre d’une sorte de modestie. Et on redécouvre que rien comme la modestie, la simplicité, l’humilité presque, ne conviennent pour respecter les grands textes, surtout quand ils ont été, comme c’est le cas ici, si magnifiquement et si intelligemment revisités.
Il faut saluer le travail d’ Isabelle Larivière qui a su créer des costumes à la fois neutres et superbes, toujours dans une même tonalité d’un mélange de hardiesse et de retenue.
Il faudrait saluer chacun des comédiens, chacun des musiciens, Wajdi Mouawad, Robert Davreu, les costumes, les lumières, de s’être réunis pour nous offrir un si beau moment de théâtre.
Les mardis, mercredis, jeudis, les trois pièces sont jouées séparément et les vendredis, samedis, dimanches en "intégrale".
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92022 Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)