Actualité théâtrale

Théâtre de La Huchette, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 25 février 2014

"Des hommes debout" d’après "Cahier d’un retour au pays natal" d’Aimé Césaire Adaptation et mise en scène Stéphane Michaud.

"Cahier d’un retour au pays natal" d’Aimé Césaire est devenu l’hymne des Noirs du monde entier.

Ce long poème, cri de révolte et de désespoir, aura aidé à accélérer la prise de conscience et les luttes pour les indépendances en Afrique.

Aimé Césaire s’est fait le porte-parole de la conscience nègre, de ses souffrances, de ses exigences, entraînant derrière lui des intellectuels blancs proches du combat identitaire des Noirs des Antilles et d’Afrique.

"Cahier d’un retour au pays natal " est une fière descente aux enfers dans l’époque coloniale.

Il s’agissait pour Stéphane Michaud de donner de la théâtralité à la poésie d’Aimé Césaire, de trouver dans la densité d’un "minerai précieux", une dramaturgie capable de "captiver le spectateur, de le faire vibrer et de le distraire intelligemment".

Il fallait que la poésie s’incarne dans une histoire et pour cela, qu’elle prenne corps dans un personnage.

C’est ainsi qu’est né Cyparis, fils putatif de Césaire, emblème représentatif de milliers d’humiliés, un homme d’ici et d’ailleurs, d’autrefois et de maintenant.

Cyparis finira par trouver le chemin de la reconnaissance, de la dignité et une liberté qui en fera un "homme debout".

A partir d’extraits du texte d’Aimé Césaire donnant lieu à une série de tableaux courts, Cyparis et le comédien qui l’interprète, porte-paroles et témoins du poète, se confondent dans l’histoire de la négritude et dans une histoire personnelle actuelle, toutes deux portées par la langue césairienne hors de toute" intellectualisation" du propos.

Grâce à un montage habile, à des apartés bienvenus, à un humour incisif et à une belle performance d’acteur, chacun des spectateurs peut s’emparer d’un texte complexe, pétri de références, à priori difficilement accessible.

Cette "prise de pouvoir populaire" d’un texte opaque est le résultat d’une mise en scène contrastée aux méthodes bigarrées mêlant digressions délirantes, improvisations, détours par le slam, la danse, la virtuosité d’un travail de la bande-son, des lumières.

Quelques facilités apparaissent parfois, vite gommées par la bonne humeur et l’enthousiasme du comédien.

Entre gravité et légèreté, le spectacle permet de faire la lumière sur le personnage essentiel de notre histoire qu’est Aimé Césaire, poète, écrivain, homme de théâtre et fondateur de la négritude, qui laisse à sa mort en 2008, une œuvre littéraire capitale et une vision du monde qui auront marqué la culture francophone.

Francis Dubois

Théâtre de la Huchette, 23 rue de la Huchette 75 018 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 26 38 99

www.theatre-huchette. com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)