Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nolwenn Lemesle (France)

"Des morceaux de moi" Sortie en salles le 13 février 2013

Depuis qu’on lui a offert une caméra, Erell, une adolescente de quinze ans filme tout, tout le temps.

Sa vie de famille avec un père lunaire et dépassé par les événements, une mère dépressive qui traîne en chaussons à longueur de journée, une sœur qui a disparu depuis plus de quatre ans et qui débarque un beau jour, sans crier gare, avec armes et bagages, au bras d’un jeune époux et enceinte de plusieurs mois.

Ses amis qui comptent beaucoup pour elle, Gabin, Javier et le Majeur pour qui elle est une sorte de sœur, peut-être le pilier de la bande avec qui elle traîne, fume, refait le monde et tue le temps.

Pour s’y retrouver dans le méli-mélo familial, porter à bout de bras son entourage, Erell a une stratégie : elle vit sa vie par petits morceaux, par bribes, peut-être avec l’espoir inconscient que tous ces morceaux d’elle-même qu’elle immortalise avec sa caméra vont un jour se coller les uns aux autres et la conduire au vrai motif de sa vie.

Erell a du répondant. Elle ne manque ni de courage, ni de volonté ni d’audace et c’est en partie grâce à elle que les mondes familial et amical, tiennent debout, trouvent une stabilité.

Il est probable, qu’avec son goût de tout filmer, Erell soit la réplique de Nolwenn Lemesle dont " Des morceaux de moi" est le premier film.

Ce personnage à qui la très jeune comédienne Adèle Exarchopoulos, apporte avec la part d’innocence qui reste à ceux qui n’ont pas froid aux yeux, une justesse, une sensibilité, troublantes, mêlant magnifiquement la fragilité de l’âge et le potentiel charismatique qui s’annonce.

Elle est à la fois le personnage sur lequel repose le récit et la comédienne sans qui le film

n’aurait pas cette force qu’elle lui insuffle de bout en bout.

La mère, parfaitement interprétée par Zabou Breitman et Tchéky Karyo très convaincant en père dont la personnalité se dilue entre autorité faiblarde et la difficulté à trouver sa place dans un fonctionnement familial tâtonnant.

Il aurait fallu que Nolwenn maîtrise de façon plus convaincante la structure de son film basée sur l’éparpillement du récit, directement liée aux humeurs fluctuantes d’ Erell, à son énergie mais aussi à sa paresse ou à ses moments de doute.

Le fonctionnement un peu décousu du film est rattrapé par l’interprétation de la jeune comédienne et par quelques moments étincelants.

On peut voir ce premier film ne serait-ce que pour être le témoin des premiers pas d’une comédiennes qui pourrait bien aller (très) loin !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)