Actualité théâtrale

Maison de la Poésie de Paris jusqu’au 12 février 2012

"Des ruines" Partenaire Réduc’snes

"Des ruines" Texte de Raharimanana Mise en scène Thierry Bédard

Jean-Luc Raharimanana dit qu’il souhaiterait être un auteur désengagé. Ce n’est pas avec son texte "Des ruines" qui le met sur cette voie.

Il met une force immense dans son propos, et son théâtre est étroitement lié à l’Histoire.

Il porte en lui tellement fort la mémoire du peuple malgache et de l’Afrique, que chacun des mots du texte se charge de révolte, de douleur et d’un sentiment d’impuissance lourd à porter, largement relayé par le jeu enflammé de Phil Darwin Nianga, l’interprète.

La lucidité avec laquelle il parle du monde malgache et en général, des relations du continent noir avec l’occident fait peur.

Mais que faire avec cette révolte, cette douleur et ce sentiment d’impuissance ? Il faut s’engager dans d’autres recherches, canaliser, organiser ces sentiments bouillonnants et en faire un matériau de combat.

"Des ruines" est une œuvre politique parce qu’elle touche à l’universalité, renvoie aussi bien à la misère en Afrique qu’à celle qu’on peut rencontrer dans certains quartiers de la banlieue parisienne.

C’est une œuvre poétique par sa langue incroyablement belle.

Jean-Luc Raharimanana emploie la première personne dans ce texte qui joue souvent sut la dérision, la drôlerie, qui anticipe le regard de l’occident sur l’Afrique, sur les idées reçues, les clichés, sur le racisme conscient et inconscient.

La démagogie et les bons sentiments sont jugés tout aussi redoutables quand ils se teintent de paternalisme.

Phil Darwin Nianga, l’interprète du texte, originaire de la République du Congo, s’est lancé après ces études dans une carrière d’humoriste, influencé par Dave La Chapelle ou Chris Rock.

Il reste de cette période, dans son interprétation, une expressivité parfois joyeuse, une gestuelle presque excessive, qui ajoute au propos, autant dans le registre grave que dans les moments où l’écriture s’évade, se libère.

La Maison de la Poésie, une fois de plus, propose un texte qui reste dans la ligne qu’elle s’est fixée. "Des ruines…" est un spectacle poétique, politique, et d’une belle énergie.

 

Francis Dubois

 

Maison de la Poésie Passage Molière 157, rue Saint-Martin 75 003 Paris

www.maisondelapoesieparis.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)